Jour 13 : C’est ce que j’aime

Aujourd’hui le treize m’aura porté chance. Première chose : j’ai terminé un chapitre ! Rien que cela me ravit et ce n’est pourtant pas fini !

Les scènes qui m’attendaient étaient très importantes, mais en plus d’être importantes elles comptaient aussi beaucoup pour moi. Car il y avait une scène qui comportait beaucoup d’émotions à faire transparaître sans que cela ne soit de trop. Il fallait qu’on la sente sans que les mots ne le disent et je pense avoir réussi.

J’ai pu aussi décrire un lieu très majestueux dont il me fallait ressortir encore l’émotion, mais je suis contente car tout s’est enchainé avec facilité.

Mais aussi, cette scène, tout autant que je l’attendais avec impatience pour les changements que je devais opérer, je l’appréhendais aussi. Car il faut que je vous explique ! Mon histoire à vécu deux phases. La première écriture montrait le monde que j’ai créé sous sa forme la plus simple. L’histoire n’était pas encore ce qu’elle deviendra et elle était loin d’être aussi aboutie. De cette première écriture, je suis allée jusqu’à une quarantaine de pages et la scène que je devais écrire aujourd’hui était la dernière terminée de cette première phase ! À la suite de cela, il y a eu de nombreuses réécritures, de nombreux changements. Je n’arrivais pas à dépasser ce stade, cette scène. Ça a été le premier blocage. Je n’arrivais pas à écrire cette histoire dans ce monde car il n’était pas sous sa vraie forme. En quelques secondes tout ce monde, tout ce que j’avais conçu : la première phase de langue, des espèces, de la nature ont vécus un changement radical. Dans ma tête, j’ai vécu avec intensité ce moment où je voyais véritablement mon monde. Le mien et pas un monde comme on me l’a si souvent montrer dans les livres. Je n’arrivais pas à écrire car j’écrivais dans l’univers des autres. Une fois que j’ai compris que mon univers était fait de cette façon, et que je devais l’assumer comme tel, j’ai commencé une deuxième phase d’écriture qui a été très difficile à commencer car je n’arrivais pas à représenter le monde comme il est. Je n’arrivais pas à montrer ce qui s’en dégageait, la beauté des paysages ou le caractère des peuples. J’étais coincée, sans mots, et c’est là que j’ai vécu un autre blocage qui s’arrêtait au stade que j’ai réussi à dépasser il y a quelque temps.

Tout ça pour vous dire que cette scène si importante à faire pour moi et si difficile par ce qui s’est rajouté avec le temps, l’avoir écrite me soulage et me permet de voir la suite avec plus de facilité. Car après avoir dépassé mes deux plus gros blocages : un monde qui n’est pas le mien et une écriture que je n’arrivais pas à assumer, j’ai toute l’histoire devant moi à écrire. Je vais pouvoir (même s’il y aura encore quelques obstacles) prendre un plaisir immense à enfin poser la suite de cette histoire par des mots, enfin pouvoir la raconter sans ces blocages qui brouillaient ma vue.

Je suis tellement heureuse aujourd’hui de pouvoir enfin voir clair. Il me reste encore du chemin, mais ce que je viens de traverser n’était pas rien.

En plus, j’ai pris du plaisir à écrire cette scène, à poser toutes les émotions que je ressentais en même temps que mes personnages. C’est dans ces moments que je suis heureuse d’écrire. Je sens au fond de moi dans ces moments l’importance qu’à l’écriture pour moi ! Et c’est aussi par ces moments que  je sais que c’est que je veux faire de ma vie. Parce que ce n’est pas juste raconter une histoire, ni vivre une passion, c’est plus que ça. Même si parfois je doute de ce que j’écris… pas plus tard qu’hier j’ai oublié de vous dire que j’avais eu des doutes à propos de mon histoire : est-elle assez forte ? va-t-elle plaire ? Mais si certaines fois je doute de mes capacités, quand j’écris avec facilité et quand je ressens les émotions aussi fortes que si je les vivais, je sais que je suis capable de faire quelque chose et que mes histoires et l’écriture sont une partie de moi qui restera pour toujours !

Ça été plus qu’une bonne journée et je suis contente que le temps passe car il me tarde d’être à demain pour écrire la suite et vous raconter encore mes péripéties d’écriture !

(Je suis désolée, je vous ai écrit un roman 😉 )

Ma journée en chiffre :

Scènes : 2 terminées

Et le plus important :

2288 mots !!

Voilà, je suis bien partie pour continuer sur ma lancée et je vais écrire jusqu’à pouvoir terminer ce livre et enfin pouvoir le partager (depuis le temps que j’en parle) !

A demain !

Caroline. D

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s