Jour 16 : 30 000

J’ai remarqué aujourd’hui que j’avais dépassé la barre des 30 000 mots ! Ça avance ! J’ai tellement eu de blocage auparavant sur ce livre que j’ai vraiment du mal à croire que je progresse autant et que mon histoire s’écrit enfin. C’est merveilleux !

Hier je vous parlais d’une scène que je devais écrire et qui serait très compliquée à réaliser, sauf que j’ai décidé entre-temps de rajouter une scène (voire une deuxième demain) car je trouvais finalement qu’elle arrivait un peu trop vite. Donc j’ai dû rajouter une scène mais je n’étais pas plus à l’aise avec celle-ci qu’avec celle que j’aurais dû écrire ! En bref : c’était une confrontation. Mais je ne sais jamais comment gérer ces conflits directs entre deux personnes. Quand elles se battent, c’est une chose, il faut simplement décrire une action. Mais quand c’est « verbal » et bien j’ai vraiment l’impression de ne pas savoir quoi mettre. Parce que les phrases sont improvisées, le conflit n’étant pas prévu, alors il faut arriver à gérer l’ « improvisation » des deux personnages, selon leurs caractères, leur humeur du jour, leurs relations avec l’autre. En plus de ça, il faut des arguments, des phrases qui sont sensées « piquées » l’autre. En fait, il y a tellement de détails que j’ai du mal à gérer ce genre de scène. Et puis il y cette peur aussi, cette peur que ce soit plat, sans intérêt. Même si on dit de ne jamais penser aux lecteurs quand on écrit, je peux pas m’empêcher de voir quelqu’un qui lise une scène pareille : « C’est quoi ce dialogue pourri ? » « Lui, il ne sert à rien ! » Je le vois même soupirer parfois. En bref, je psychote !

Donc cette scène finalement ? J’ai fait ce que j’ai pu ! Je crois avoir réussi à cadrer les deux personnalités sans soucis mais alors j’ai eu du mal à verbaliser la détermination d’un personnage. L’autre était très facile à faire, comme si ça sortait tout seul. Mais le premier, celui qui déclenche, m’a un peu causé du souci. J’aurais pu faire mieux, je sais qu’il est possible de faire quelque chose de vraiment accrochant et que cela donne envie de lire tout le dialogue pour ne pas louper des phrases « magiques » bien placées. J’en rêve mais je retravaillerais ça à la réécriture, sinon je n’avancerais pas. Et tout ça à cause de quoi ? D’un conflit qui n’a d’intérêt que de soutenir une relation entre deux personnages. Rien à voir avec l’histoire, juste pour deux personnages.

Ah la la, je vais m’arrêter là parce que ça me contrarie toujours donc on passe à la suite !

Ma journée en chiffre :

Correction fiche Personnage : 1

Scène : 1 commencée

Et le plus important :

1045 mots

 

A demain, bonne journée !

Caroline. D

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s