Jour 32 : Dans mes pensées

Avant de commencer mon écriture, j’ai jeté un oeil à la carte d’un des pays de mon monde (affichée en face de mon bureau). C’est le point de départ de toute l’histoire. Et en fait, lorsque je l’ai regardé et que j’ai observé les points représentants les villes, je me suis dit curieusement « Il reste tout ça à faire. » Avec ce même sentiment que je trainais depuis longtemps à propos de ce qui devait encore être écrit. Puis, une seconde, et je me suis rendu compte qu’en fait c’était écrit ! C’était étrange de réaliser que oui, cette carte a été enfin traversée par mes personnages et qu’ils bel et bien avaient vécus cette partie de l’aventure (et plus encore) sur le papier, en dehors de ma tête. Et c’est comme ça que j’en viens à me dire que peu importe mes doutes à propos de mon histoire, ou des parties moins biens écrites. Peu importe ces petits « moins », j’ai réussi à écrire tout ça. J’ai enfin dépassé cette frayeur d’écrire cette histoire, de la sortir de ma tête. Je sais que une fois terminée, je vais repousser le moment où je vais la partager avec les lecteurs, par peur du jugement et parce que cette histoire me tient à coeur plus que les autres. Mais, même si c’est étrange, avoir la satisfaction d’avoir enfin écrit une bonne partie de l’histoire sera une chose qui restera en moi tout au long de ma vie.

Je n’ai pas pensé comme ça pendant des heures ! ^^ Après je me suis mise au travail et est écrite cette scène (importante pour les perso mais peu pour l’histoire en elle-même) et je suis contente du rendu final. Les caractères se sont affirmés, certains se sont opposés (les uns contre les autres) et j’ai trouvé ça très amusant à faire.

J’ai dû, à un moment donné, arrêté de penser au lecteur, me forcer à arrêter, parce que n’importe qu’elle phrase que j’écrivais était analysée selon « ce que je pense que les autres pensent » Je me fatiguais à essayer de convaincre un lecteur imaginaire très exigeant et à adapter mon écriture à sa pensée. C’est vraiment le genre de chose sur laquelle je dois travailler : oublier pendant l’écriture les lecteurs et ce qu’ils vont en penser. Je dois impérativement écrire l’histoire que j’aime, telle que je l’ai imaginée et comme elle me ressemble. C’est pas gagné mais il faut vraiment que j’arrête sinon je vais être déçue de mon histoire à la fin, et tout ça pour satisfaire des gens.

Bref, j’ai réussi à oublier et à prendre du plaisir à écrire cette scène comme je la veux et comme je l’aime et j’essaierais de faire ça pour les prochaines scènes !

Ma journée en chiffre :

Scène : 1 complète

Et le plus important…

1664 mots !

Voilà, je vous souhaite une bonne fin de soirée et vous dit : à demain !

Caroline. D

Publicités

2 réflexions sur “Jour 32 : Dans mes pensées

  1. « Je dois impérativement écrire l’histoire que j’aime, telle que je l’ai imaginée et comme elle me ressemble. »

    Très joliment dit. Un livre que l’auteur n’a pas pris de plaisir ne marchera jamais autant qu’un livre fait avec les tripes (ou le cœur, de manière moins imagé).

    Aimé par 1 personne

    1. C’est quelque chose de tellement vrai, mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Ne plus penser au lecteur et laisser la simple histoire imaginée prendre forme sur papier est quelque chose de vraiment compliquée pour moi. Mais en même temps, c’est aussi difficile d’écrire quelque chose qui ne nous ressemble pas !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s