Les émotions

Bonjour !

Aujourd’hui j’aimerais vous parler des émotions véhiculées par les livres, ce qu’elles représentent pour moi.  Ce sujet est vaste et je ne pourrais jamais tout raconter en quelques mots. Tout ce que je sais, c’est que lorsqu’un livre, quelque que soit son histoire, me fait vivre des émotions intenses, alors ce livre devient un coup de cœur. Un livre peut avoir une histoire géniale, un monde original, des personnages super intéressants (et si vous avez lu l’un de mes derniers articles, vous savez à quel point les personnages comptent pour moi) mais s’il ne me fait pas vivre d’émotions alors ce livre restera une très bonne lecture, mais sans plus.

Voilà ce que les émotions sont pour moi, le petit plus qui fait toute la différence. Cette partie qui vous qui vous lie au livre, aux personnages et à tout son univers. Ce sont les émotions qui nous font regretter d’avoir lu trop vite et qui nous font craindre la dernière page, parce qu’après tout est fini.

Ces instants qui vous coupent la respiration

Il y a tellement de façon de causer une émotion aux lecteurs. Que ce soit par un paysage imaginaire si bien décrit qu’on s’y transporte, une relation forte entre deux personnages, une situation tendue ou intense ou bien encore une révélation que l’on n’attendait pas et qui nous plonge directement dans les pages du livre. Ces instants qui vous coupent la respiration, vous coupent du monde dans lequel vous vivez. Ces émotions si fortes que vous oubliez votre corps, vos problèmes, votre vie, votre prénom, juste parce qu’à ce moment-là vous faites partie du livre que vous lisez.

Ce sont des occasions si rares et pourtant si belles et c’est ce qui nous motive tous à lire des livres, encore et encore. Enfin, je ne sais pas pour vous mais pour moi, c’est une certitude, je lis pour vivre ces émotions intenses.

Je trouve ça tellement beau que ce soit possible. Ce ne sont que des mots, des pages, une histoire qu’un auteur a imaginé dans son coin et pourtant ça peut faire des miracles, influencer des personnes dans leur choix de vie ou dans leur façon d’être. Par ces livres, on arrive déjà à imaginer les sons, les odeurs, les couleurs et les sensations, mais en plus ces livres arrivent à nous offrir, à dupliquer ces mêmes émotions que l’on peut vivre dans notre vie et que l’on ne croise pas autant qu’on le voudrait. Et c’est ça que je trouve magique !

J'ai vécu ces émotions fortes en écrivant

Depuis que je pratique l’écriture, j’aborde les émotions avec un œil nouveau. Avant j’étais juste la lectrice qui ressentait quelque chose d’intense à la lecture d’une scène et je ne pensais pas que l’auteur pouvait la ressentir aussi. En fait, cela ne m’est jamais venu à l’idée lorsque j’étais une lectrice mais aussi au début de mon écriture. Je pouvais ressentir de la peine ou de la joie à certaines scènes sans que cela ne soit fort et j’éprouvais seulement une émotion intense lorsque je terminais un livre, parce que c’était un accomplissement pour moi. Ce n’est donc qu’il y a très peu de temps, à travers l’écriture de mon nouveau roman, que j’ai vécu ces émotions fortes en écrivant, aussi intensément que lorsque je lisais un livre et qu’il devenait un coup de cœur.

Ma toute première expérience de ces émotions fut lors de l’écriture d’une scène racontant la mort d’un de mes personnages. En fait, j’avais beau savoir ce qui allait lui arriver, je me retrouvais comme une lectrice en train de découvrir le drame sans pouvoir l’arrêter et je me suis mise à pleurer tellement l’émotion était forte. J’étais scindée en deux : l’écrivain qui continue d’écrire, qui pense à sa scène, à bien choisir ses mots et la lectrice qui avait juste envie à la fois de fermer le bouquin et de continuer pour voir s’il y avait une petite chance qu’il s’en sorte.

À ce moment-là, après avoir vécu une émotion aussi intense que je ne trouvais avant que dans la vraie vie ou dans les livres, j’ai enfin compris que les auteurs eux aussi ressentaient ces émotions et qu’ils pouvaient la partager avec leurs lecteurs.

C’est pour ces émotions et pour le bien-être ou le lâcher-prise qu’elles me procurent que je vais continuer de lire et d’écrire tout au long de ma vie. Grâce à eux, j’ai trouvé ma place.

Pour finir, je vais citer Robert Frost  :

« No tears in the writer, no tears in the reader.

No surprise in the writer, no surprise in the reader. »¹

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}

¹ [Citation Robert Frost : Pas de larmes chez l’écrivain, pas de larmes chez le lecteur. Pas de surprise chez l’écrivain, pas de surprise chez le lecteur.]

Publicités

3 réflexions sur “Les émotions

  1. Un article très sympa 🙂

    Ça m’est aussi arrivée de me sentir mal ou, au contraire, très bien en écrivant, comme si je partageais les joies et les peines de mes personnages 🙂

    On m’a toujours rabâché qu’un auteur qui ne ressentait rien pendant l’écriture n’était pas capable de faire ressentir des émotions au lecteur. Donc si on pleure ou qu’on rit en écrivant nos histoires, c’est que nous sommes sur la bonne voie ! 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s