Réécriture – Jour 6

Après avoir eu à nouveau la certitude que j’aimais ce livre et que l’histoire me correspondait toujours, je me suis lancée dans la réécriture d’un nouveau chapitre. Maintenant que je sais comment procéder, j’ai relu le deuxième chapitre en entier avant de le retravailler. Je dois dire que j’avais un peu peur du résultat. C’est fou cette idée que j’ai que tous mes chapitres sont terriblement mauvais. Comme je l’ai dit dans le premier article de ces journées partagées, lors de l’écriture du premier jet de mon roman, j’ai surtout essayé de ne pas m’arrêter sur les détails. Même si je trouvais certains passages mauvais, je me suis interdit de les réécrire juste après. Et cela, car je suis la spécialiste de la réécriture de chapitre que je viens tout juste d’écrire. Pour preuve, j’ai passé deux ans à tenter d’écrire et de réécrire le premier chapitre de mon roman. En été 2015, je me suis donc forcée à ne pas réécrire et à continuer à avancer pour terminer enfin le premier jet de mon histoire.

Par conséquent, j’avais un peu peur de ce que donnerait ce deuxième chapitre, sachant que cela faisait presque un an que je ne l’ai pas relu. La douche aurait pu être très froide ! Pourtant, ce n’était pas catastrophique et j’aime que la Caroline du passé me prouve que même si je fais quelques erreurs, mon écriture n’est pas mauvaise pour autant. Les éléments que je voulais à tout prix présents dans mon roman étaient là : des descriptions imagées, que l’on prenne mes personnages au sérieux et que l’on comprenne la position d’Aïa, mon personnage principal. Et alors qu’en été, je pensais que je n’avais que survolé ces détails et qu’il me faudrait les développer lors de la réécriture, j’ai été bien surprise de voir qu’en réalité, ces éléments étaient bien présents et suffisants pour l’histoire. Cela a donc été un soulagement à côté de toutes ces petites choses à réécrire. Je le sais, en réécriture, on change beaucoup son texte, mais il n’y avait rien de catastrophique dans ce que j’avais écrit et ainsi je pouvais continuer mon travail.

Illustration jour 6

Je suis plutôt contente de ce que j’ai fait, car j’ai pu travailler sur trois scènes à la suite. Ces scènes sont très importantes pour l’histoire, car elles introduisent un bon nombre d’éléments. Tout d’abord, nous faisons la connaissance de trois personnages principaux en même temps. J’aime vraiment ces personnages et de les revoir tout frais, au début de cette histoire, m’a à nouveau fait culpabiliser de ce qu’il va leur arriver par la suite.

« As my story came to a close, I realized that I was the villain all along. »

Joseph Gordon-Levitt

Mais c’est comme cela, je ne raconterais pas la véritable histoire si tout le monde allait bien et s’en sortait indemne. C’est assez étrange ce sentiment de revoir des personnes alors qu’elles ne savent pas ce qui va leur arriver ensuite. Si hier je comparais l’écrivain et son roman comme un vieux couple, je dois dire qu’être écrivain tient un peu du voyageur dans le temps. (ou du Timelord ^^) Et c’est aussi en cela que la réécriture n’est pas évidente et que je m’impose un temps de pause avant de revenir dans mon histoire. Si certains personnages meurent à la fin de mon roman, je ne peux pas décemment revenir au début et ne pas être affectée en les voyant toujours en vie et innocent. Il est impossible pour moi de ne pas être attristée, c’est pourquoi il vaut mieux prendre du recul et oublier un peu, pour revenir au début comme si on ne connaissait pas la suite. Bref, revoir ces personnages encore intacts m’a fait autant bien que de mal.

Ce chapitre, en plus d’introduire des personnages principaux, permet de rencontrer deux espèces de ce monde. L’une étant la descendante de l’autre. J’aime tout autant ces deux espèces. J’aime le caractère de ces personnes, leur bon sens et leur générosité. J’espère que la description que j’en ai fait sera assez imagée pour les lecteurs, qui n’auront, eux, aucune idée de ce qu’ils sont, mais je pense avoir dit l’essentiel. Et dire l’essentiel est le principal !

Une dernière chose à propos de ce chapitre, qui révèle un bon nombre de parties de cette histoire. Il a surtout été l’occasion de vérifier comment parlait Aïa. Comme vous le savez peut-être (ou peut-être pas), sa langue maternelle n’est pas celle qui est parlée par tous les autres. Elle a appris la nouvelle langue, mais je voulais que dans ses mots, dans ses phrases, on ressente le fait qu’elle n’est pas encore très à l’aise avec ce langage. Je veux surtout que tout au long de mon histoire, on n’oublie pas ce petit détail, sinon j’aurais l’impression qu’Aïa aurait perdu un peu de sa personnalité. J’ai donc pu vérifier à travers certains dialogues comment elle se débrouillait et je pense que je peux encore améliorer, mais c’est déjà pas mal.

Il me reste une scène à réécrire dans le détail, scène dans laquelle sera introduit un événement important qui m’avait totalement échappé lors de l’écriture et qui tombe pourtant sous le sens. Ensuite, je devrais corriger l’orthographe et relire le chapitre entier pour la dynamique.

La routine s’installe, je trouve mon rythme et celui-ci s’améliore… En bref, je suis plutôt bien partie, n’est-ce pas ?

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s