Réécriture – Jour 58

Ces derniers, je me retrouve toujours entre deux chapitres. Auparavant, j’avais l’habitude de terminer un chapitre lors d’une journée d’écriture et le lendemain, je pouvais relire ce chapitre une dernière fois. Sauf que maintenant, en m’arrêtant chaque jour en plein milieu d’un chapitre, j’oublie de relire les anciens chapitres. Et, pour cette nouvelle journée de réécriture, j’avais deux chapitres de retard. Je me suis donc penchée là-dessus en premier.

Une fois que ce fut chose faite, je suis passée à la scène suivante où l’on retrouve Aïa et ce moment de tension où elle est en danger. Autant, le début de la scène me convient, on voit que les personnages réagissent après ce moment de tension, ils se laissent guider par leur instinct. Mon problème avec cette scène, c’est sa fin. J’ai écrit un dialogue entre deux personnages, mais j’ai vraiment du mal avec leur parole. Tout d’abord, il y a trop de tirets à mon goût et de phrases courtes. Rien qu’esthétiquement, cela me dérange. Mais en plus, je trouve qu’il manque quelque chose, comme si les personnages n’étaient plus eux-mêmes. En réécrivant cette scène, je n’ai pas trouvé de solution donc je me donne le temps de réécrire les scènes suivantes pour y réfléchir, et lorsque je relirais ce chapitre, si tout va bien, j’aurais une solution sous la main. Si tout va bien…

Illustration jour 58

Par la suite, j’ai enchaîné sur une autre scène avec un autre groupe de personnages. On retrouve « l’homme avec son passé  ». Cette fois-ci, il retourne dans le pays de sa naissance et de son enfance. Cela fait plus de vingt ans qu’il n’y était pas retourné et la guerre a beaucoup changé l’ambiance et le paysage de ce pays. Son retour au pays est très difficile pour lui, car les villages ont été attaqués par l’ennemi, il n’y a plus de paix, ni de sérénité dans l’atmosphère. Cette scène couvre essentiellement son retour et la découverte de ce qu’est advenu son pays, ses réactions.

La scène suivante raconte son retour dans sa ville natale et là où vit sa famille. Cette ville est encore plus marquée par la guerre et on le sent très attristé de ne pas avoir été là pour aider. Dans cette scène, même si on découvre également ce qu’est devenue la ville, on se concentre surtout sur ses retrouvailles avec un membre de sa famille. J’aimerais que l’émotion soit très forte et que l’on sente à quel point c’est important pour eux, mais à la réécriture, je n’ai pas trouvé ce que je voulais. Je dois dire que sur cette scène également, je sèche, je n’arrive pas à faire ressortir leurs émotions et je trouve que cela se passe beaucoup trop vite. Je retravaillerai cette scène peut-être demain ou bien lors de la relecture de ce chapitre.

J’ai bien senti que je n’avais pas beaucoup d’inspirations pour mes scènes en ce 58ème jour de réécriture. Cela arrive, mais je ne dois pas m’empêcher de continuer pour autant !

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s