De l’inspiration à la création

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, et comme le titre l’indique, je vais vous parler de l’inspiration et de l’étape créative qui suit l’apparition d’une idée. Ce sont les étapes que je préfère dans mon processus d’écriture. Si l’écriture en elle-même me fait douter, la réécriture me met face à mes propres erreurs, avoir une idée et la concrétiser par la création d’une histoire est un moment dans lequel je ne doute pas (ou peu) et le moins que je puisse dire, c’est que c’est reposant !

Quand j’étais petite, à l’âge d’entrer à l’école primaire, j’avais ce besoin d’inventer des histoires. Ou tout un tas d’autres choses d’ailleurs, car il me semble avoir dit un jour que je voulais être « inventeuse », je voulais inventer des objets, des histoires, des décors pour mes poupées, bref, j’adorais la création et j’étais en permanence inspirée par toutes choses. Quand j’ai découvert l’écriture, ce fut magique pour moi, car j’ai découvert par la même occasion une opportunité de donner un corps aux histoires que j’inventais. C’était l’élément le plus accessible pour moi, j’aurais très bien pu vouloir devenir scénariste et réalisatrice, mais je ne sais pas pourquoi, à ce moment-là, c’est le format du roman qui m’a le plus impacté. Si vous avez lu ma bio, alors vous savez probablement déjà toutes ces choses. L’inspiration m’est venue jeune et elle ne m’a jamais quittée, même lorsque je n’écrivais plus pour diverses raisons.

Le fait est que j’ai toujours été fasciné par ce qui m’entourait et toutes les idées qui découlaient de la vie de tous les jours. J’observais le monde, la nature, mes proches, et cela m’inspirait. Je voyais toutes les possibilités d’histoires et tous les jours j’avais de nouvelles idées en tête. De ce trop-plein d’imagination, d’inspiration a découlé l’un de mes premiers blocages d’écrivain, celui de ne jamais aller au bout d’une histoire, parce que j’avais envie d’écrire sur de nouvelles histoires à chaque fois que j’en avais l’idée. Je développais cet éternel recommencement d’histoires, mais jamais je ne finissais ce que j’avais commencé.

Citation Jacques Renaud

Aujourd’hui, l’inspiration est toujours aussi forte, même si j’ai réussi maintenant à dépasser ce blocage et à rester concentrée sur une seule histoire et à la finir sans la bâcler. À côté de cela, chaque jour, que ce soit une idée pour mon roman en cours, pour d’autres romans que j’ai envie d’écrire ou encore pour de nouvelles histoires, je suis constamment inspirée par ce qui m’entoure.

À présent, mon observation est un peu plus pointilleuse qu’elle ne l’était quand j’étais petite, quand j’observe les personnes qui m’entourent, je n’entends plus seulement leurs paroles, mais je vois leurs traits de caractère, leurs réactions, leurs envies et leurs craintes. Quand je vois la nature, je ne vois plus seulement le premier plan, mais tout ce qui en découle, ce que l’on peut faire avec. Mon inspiration s’est donc affinée avec l’âge et j’ai arrêté de tout engrangé dans ma petite tête pour prendre que ce qui est essentiel.

Si, dit comme cela, on a l’impression que je suis en permanence en état d’observation et inspirée, ce n’est pas toujours le cas, rassurez-vous ! Ma curiosité, la même que j’avais étant enfant, me pousse à être attentive, c’est comme un besoin, mais parfois il m’arrive de ne pas avoir d’idées ou de ne rien voir de ce qui m’entoure. Dans ces moments-là de blocage, j’ai ma petite astuce que je vais partager avec vous, je me force à m’ennuyer. Je ne sais pas si cela peut fonctionner pour tout le monde, mais finalement c’est le processus normal de l’imagination. Je me souviens, quand j’étais enfant, on n’avait pas toujours de quoi s’occuper, on s’ennuyait. Alors il fallait bien trouver quelque chose, cela nous poussait à réfléchir. On était là, trainant des pieds, enlevant l’écorce des branches ou encore en faisant des tas de cailloux, notre esprit était entouré par le calme de l’ennui et de cet ennui naissait le fruit de notre imagination.

Si autrefois, j’avais beaucoup d’idées, mais très peu d’ « outils » pour les cadrer, maintenant, j’ai appris à imaginer différemment. Les premières idées d’une histoire naissent dans mon esprit, que ce soit soudain, sans que je m’y attende ou bien alors parce que je lis une histoire ou regarde un film que j’aime et qui me donne envie d’écrire à propos d’un sujet, et à partir de là, une fois que j’ai mes idées, je me rue sur un bout de papier, ou bien alors sur des petites fiches préparées à l’avance qui me permettent de noter l’essentiel. Et là, tout dépend de mes projets en cours. Si je suis déjà en train d’écrire un roman, alors je laisse juste ces idées sur le papier et je ne cherche pas plus loin, je sais que je ne perdrais pas l’idée de cette histoire, mais elle peut m’attendre.

Citation Cecil B

Mais alors, si je n’ai rien en cours, arrive cette deuxième étape que j’aime par-dessus tout : la création. C’est pour moi un pur bonheur de m’installer face à un papier, crayon en main, et d’imaginer tout le roman, d’imaginer les détails, les personnages, les différentes trames de l’histoire. Généralement, je note les ambiances que je veux pour cette histoire. Par exemple, pour le Pacte du Magicien, je me suis beaucoup inspirée de Venise, des traboules de Lyon et du vieux Paris pour le décor, mais aussi des cours royales Françaises, des complots qui pouvaient se tramer à cette époque…

Il m’arrive souvent d’être inspirée par une ambiance, sans que je ressente nécessairement le besoin de le noter sur papier. C’est une envie soudaine et puis je me dis qu’un jour, j’aurais peut-être l’occasion de parler d’une époque, de la culture d’un peuple, d’une religion ou bien de l’ambiance d’un décor. Et c’est généralement lorsque je commence à imaginer une histoire, à la créer petit à petit que ressurgissent ces envies. C’est alors pour moi l’occasion de travailler sur ces thèmes qui m’intriguaient un jour.

Après cela, j’essaye de ne pas me donner de limites. J’invente petit à petit mon histoire, avec les inspirations que j’ai pu noter pour d’autres histoires et qui conviennent mieux à celle-là finalement, avec les inspirations de thèmes en particulier ou bien avec des envies soudaines. Je m’offre la possibilité de tout faire. J’arrête mes hésitations et écris mes petites notes à l’instinct. J’adore cette phase de création, car je me sens transportée vers un autre monde.

Si l’inspiration est pour moi comme une quatrième de couverture d’un livre très intriguant, la création est semblable au début d’un roman génial, comme lorsque l’on sait que l’on va adorer cette histoire et qu’on ne va pas pouvoir lâcher le livre. Ce sont des étapes merveilleuses et je suis encore plongée dedans avec les tomes suivants du Pacte du Magicien. Si parfois ce n’est pas toujours évident, le jour même au j’écris cet article (soit la veille pour vous), j’ai eu une petite panne d’inspiration en me rendant compte que je n’avais pas assez développé les notes de mon tome 2 et il me faut trouver une trame supplémentaire à mon récit.

Des hauts et des bas, il y en a toujours dans ce métier. On ne sait jamais jusqu’à quand l’inspiration va durer, ni combien de temps un blocage va rester, mais à chaque fois que l’envie d’écrire est là, l’envie de créer, alors je crois qu’il n’y a pas plus belle sensation !

Je vous souhaite une très bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

2 réflexions sur “De l’inspiration à la création

  1. C’est toujours perturbant de se reconnaître autant dans un texte à la première personne écrit par quelqu’un d’autre ! Je suis personnellement en pleine phase de « recentrage » après m’être laissée bercer parce des tas d’idées un peu trop éclatées…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s