D’un Autre-Monde au rêve d’une vie

Le 24 juillet 2012, un soir, je me souviens très clairement être assise à table, pour fêter un anniversaire. Je ne pensais pas en allant à cette petite fête surprise que ma vie était sur le point de changer. Deux facettes de ma personnalité ont commencé à se transformer ce soir-là : la lectrice et l’écrivaine. Et aujourd’hui, 30 novembre 2016, je me rends compte du chemin parcouru.

Ce même soir, j’étais assise à table près de ma tante et de ma cousine, qui sont toutes deux de grandes lectrices. Je crois bien que cela faisait peu de temps que je m’étais vraiment mis à la lecture, commençant à éprouver un plaisir immense en découvrant de nouvelles histoires et ce soir-là, c’est la première fois que j’ai pu participer à une conversation sur les livres. On parlait d’auteurs, de livres qui nous bouleversent. Je me souviens très clairement de ce moment comme si c’était hier.

Ma tante, sentant que j’éprouvais le besoin de découvrir de nouvelles lectures, m’a parlé, sans savoir l’impact que cela aurait sur moi à ce moment-là, de l’auteur Maxime Chattam et de sa série Autre-monde. Je me souviens avoir écouté attentivement les commentaires qu’elle m’en faisait, pourquoi elle adorait cette série qui n’était pas encore terminée, pourquoi cela pouvait me plaire… Tous les éléments étaient en place pour que j’adhère, je savais au fond de moi que j’avais très envie de découvrir cette lecture et je savais que je lui emprunterais ces livres sans tarder. Ma cousine en avait profité pour me parler de cet auteur, pourquoi il était (et est toujours) un très bon écrivain et que ses autres livres étaient tout aussi bons. Je me souviens de l’euphorie que j’avais en moi, de ce moment partagé et de ces échanges de lectures, j’étais heureuse ce soir-là, en confiance, et c’est à cette date précise que j’ai osé parler de mon premier roman.

dun-autre-monde

Il faut savoir que je ne m’étais jamais cachée, je n’avais jamais tenu en secret le fait que j’écrivais. Plus jeune, plusieurs personnes étaient au courant, mais en grandissant, peu savaient que j’avais commencé un nouveau roman. Un vrai, auquel je tenais et sur lequel j’avais beaucoup travaillé. Celui-ci n’est pas Pandore, c’est un roman que j’ai écrit avant celui-là et que je n’ai pas eu l’intention de partager plus que cela. En résumé, seule deux trois personnes savaient que j’écrivais « Les autres hommes. ». Je n’ai jamais eu honte de cet écrit, enfin à l’époque ! Pourtant, il avait tout l’air d’un secret et je n’avais jamais pensé un jour que je le partagerais à d’autres personnes. Parce que c’était mon jardin secret, parce que c’était l’endroit dans lequel je me réfugiais pour m’évader, pour faire jaillir ma création et l’explorer.

Ce soir-là, pour la première fois, j’ai décidé de le sortir du secret. J’ai osé parler à ma tante et à ma cousine de cette histoire qui me tenait à cœur. Je me souviens que je tremblais légèrement, de peur du jugement, mais l’euphorie de ces échanges de lectures m’avait porté, m’avait donné confiance pour partager ma propre histoire. J’avais bien conscience que mon histoire n’était sûrement pas à la hauteur des livres que l’on avait cités lors de cette soirée, mais cela m’importait peu. Il n’y avait que moi qui, pour la première fois, me positionnais comme une écrivaine.

Je suis sûre aujourd’hui que c’est à ce moment-là que le déclic s’est opéré en moi, même si j’ai mis du temps à le remarquer. Parce que le bonheur que j’ai ressenti en parlant de mon histoire, en répondant aux questions, en sentant l’intérêt de ma famille, me donnait des ailes. Ce soir-là, j’ai trouvé ma vocation.

au-reve-dune-vie

Il a fallu attendre quelques mois. Quelques mois pour terminer ce livre, quelques mois pour le retravailler, quelques mois pour le faire lire et quelques mois pour que je comprenne enfin que l’écriture, c’est ma vie.

Le 24 juillet 2012, tout a commencé et aujourd’hui, le 30 novembre 2016, le temps a passé et fait des miracles. Aujourd’hui, je viens de terminer le dernier tome d’Autre Monde et en tant que lectrice, je sens qu’une partie de moi a évolué avec cette histoire. Elle est l’une des premières sagas à m’avoir accompagné durant mon adolescence, aujourd’hui j’ai vingt et un ans et je suis toujours bouleversée par cette histoire.

Et aujourd’hui, je me rends compte du chemin parcouru pour mon rêve. Le déclic, le choix particulier d’une vie, le travail de Pandore, de La Voix d’Origine. L’un publié et l’autre prenant peu à peu son envol dans l’esprit de lecteurs. La lecture et l’écriture sont liées, pendant que Maxime Chattam m’offrait son histoire et me laissait imaginer ses contours, j’écrivais la fin de mon premier roman avec une émotion intense dans le cœur. Aujourd’hui l’histoire d’Autre-monde se termine et ma grande aventure ne fait que commencer.

On ne sait jamais quand notre vie va changer, mais je n’oublierai jamais cette soirée où j’ai osé rêver que tout était possible. Un grand merci à ma tante et à ma cousine, sans qui j’aurais mis bien plus de temps à découvrir qui j’étais vraiment.

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s