Lux Æterna – Écriture – Jour 6

Cette journée d’écriture fut un peu désordonnée et assez pénible à vivre. Dès le matin, j’ai senti que l’humeur ne suivait pas, que malgré mon envie de bien faire, je me mettais des bâtons dans les roues. Ça a commencé lorsque j’ai voulu écrire, j’ai dû écrire 300 mots et les ai effacés au bout d’un certain temps, tant j’étais peu satisfaite de ce que j’avais écrit. Je n’arrivais pas à savoir comment allait se dérouler ce chapitre et les premières idées que j’avais eues ne donnaient rien à l’écrit.

Je me suis laissé envahir par le doute, et qu’est-ce que j’ai eu du mal à me batailler contre moi-même pour essayer de ne pas m’enfoncer ! J’avais un taux d’auto-critique assez fort aujourd’hui et sur le peu de mots que j’avais écrits, j’étais tellement contrariée que j’ai tout effacé, le peu de travail que j’avais déjà fait.

Par la suite, j’ai eu un autre problème quand j’ai compris que l’erreur de chronologie que je pensais avoir réglée la veille n’était pas résolue du tout ! C’était pire que ce que je pensais. On avait une grande différence entre le temps qui passait dans la vie d’un personnage et celles des autres. Je me suis emmêlée le cerveau à réfléchir à tout ça. J’ai eu un fort découragement ce matin, j’avais l’impression qu’il fallait que je revoie tout et que je n’allais pas y arriver. En plus de cela, je me disais que je n’arriverais pas à écrire, que j’allais louper ma journée d’écriture. J’étais d’une humeur terrible, je ne me supportais pas, mais c’était plus fort que moi. Le doute, la culpabilité, la mésestime que j’avais pour moi était à son plus haut niveau.

J’ai déjà pris le temps de faire une pause, pour essayer de me détendre et de voir le problème sous un autre angle, au lieu de l’imaginer comme un mur infranchissable. Le repas de midi passé, je savais que je devais y retourner, essayer d’écrire ou de dénouer ce paquet de nœud qui semblait encore plus gros que ce matin. Encore une fois, je n’avais pas beaucoup de courage. Et parmi tout cela, je dois dire : heureusement que j’aime cette histoire et que j’y crois à mille pour cent, car je ne me serais pas donné autant de mal que cela. L’écriture, ce n’est pas toujours quand ça va bien, quelquefois c’est dur d’aligner quatre mots, de régler un problème d’intrigue et je n’avais pas envie d’abandonner, quand bien même c’était dur.

jour-6

J’ai commencé à me calmer lorsque je me suis autorisée à ne pas écrire. Parce que c’était la seule façon d’enlever un poids de mes épaules et de pouvoir trouver une solution à ce problème de chronologie. Mais bon, j’avais un taux de culpabilité si fort que même si ce n’était que 14h, et que je pouvais très bien écrire par la suite, il me fallait cette autorisation pour passer à autre chose et enfin me détendre !

J’ai passé mon début d’après-midi à dénouer les nœuds, à essayer de comprendre cette mauvaise gestion du temps, à trouver comment agencer mes scènes pour obtenir la fluidité que je désirais. Quand une tâche me paraît trop dure et que je suis assez découragée, il me faut toujours réduire mon champ de vision à une étape, au lieu de me projeter face à l’épreuve, je ne me concentre que sur un objectif, qui était en l’occurrence : déterminer petit à petit le sens des scènes et les changer au besoin.

J’ai repris le modèle que j’avais utilisé sur La Voix d’Origine, lorsque j’avais rencontré ce même problème et je l’ai appliqué pour Lux Æterna. Au fur et à mesure que je notais une scène, les nœuds se sont défaits. J’ai trouvé le bon sens du temps, remis en place la chronologie de mon histoire et j’ai ainsi préparé toute la première partie de mon roman pour ne pas avoir à recommencer. Cette fois-ci, je suis sûre de moi. La chronologie est la bonne, après, lorsqu’il est question des chapitres, peut-être qu’ils changeront, mais leur emplacement dans le temps, lui, ne changera pas.

Mine de rien, après avoir ramé toute la journée, j’ai décidé de retenter l’écriture ce soir. Et si le résultat n’est pas aussi probant que pour mes derniers chapitres et que l’objectif quotidien n’est pas atteint, je suis allée chercher ces mots très loin au fond de moi et j’ai utilisé toute la dose de courage qu’il me restait pour au moins sortir quelque chose aujourd’hui. Demain, je saurais trier ce qui va et ne va pas, et j’ajouterais la fin du chapitre, mais ce soir, c’est tout ce que j’ai pu faire avec mon humeur du jour !

1741 mots

Bannière Caroline Dubois

{Image : Pixabay}

 

[P.S : Même pour cet article, j’ai eu du mal ! C’est dire à quel point ce n’était pas ma journée ! ^^]

Publicités

4 réflexions sur “Lux Æterna – Écriture – Jour 6

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s