Lux Æterna – Écriture – Jour 7

Je ne sais pas comment j’ai fait. J’ai ramé comme une folle en écrivant les premiers mots, sachant que ceux-ci devaient conclure le chapitre d’hier, puis par la suite j’ai dû me lancer sur ce nouveau chapitre. Je ne sais pas comment j’ai fait, mais considérant la veille et le mal que j’ai eu pour commencer à écrire aujourd’hui, même pour continuer, j’ai l’impression qu’il s’est passé un miracle.

Autant vous le dire tout de suite, j’avais toujours autant de pression sur les épaules. Comme s’il fallait absolument que je réussisse aujourd’hui sinon les habitudes seraient parties. Mais j’ai repoussé le temps d’écriture, parce que je ne vois pas le but d’écrire sous pression, d’écrire comme si j’avais l’épée Damoclès au-dessus de ma tête. Écrire est un plaisir, il doit venir d’une intuition, d’une envie. Il ne doit pas être forcé par un horaire, ni pas une règle, ni par soi-même. Ça doit venir et j’ai terriblement peur quand ça ne vient pas.

Mais je me suis fait violence, pour ne pas me forcer, pour ne pas culpabiliser de laisser le temps défiler. Il fallait que je trouve le bon moment pour écrire et ne pas m’obliger à m’asseoir devant ma chaise, parce que quelquefois ça prend, mais d’autres fois, il faut agir différemment et cette journée fait partie de ces cas-là. Alors j’ai tout simplement attendu. Je pensais à mon histoire, j’avais quelques idées. Je sentais que ça allait mieux et que j’avais juste besoin d’un petit coup de pouce pour réagir, pour avancer. J’ai réussi à reprendre l’écriture à 16h.

jour-7

Au début, ça été un vrai calvaire. Écrire les derniers mots du chapitre sur Thea me donnait l’impression de m’arracher les mots de la bouche, poursuivant un peu plus mon malaise de la veille, mon auto-jugement et la critique que j’avais sur mon écriture. Mais j’ai tenu bon. Pourtant j’étais découragée, parce que je savais que je devais écrire un chapitre entier par la suite pour éviter de prendre du retard et pour que je n’ai pas à travailler chaque jour entre deux chapitres. Je voulais tout terminer aujourd’hui, pour repartir sur de bonnes bases demain. Mais c’était une pression en plus.

J’ai écrit, j’ai arrêté la musique parce que je n’en pouvais plus et j’ai écrit. Parfois ça été dur et parfois je me suis surprise à avoir une certaine fluidité. Sur certains passages, les idées me venaient clairement et sur d’autres, j’avais encore un peu l’impression de m’arracher les mots. Mais j’ai continué, encore, me concentrant sur les scènes petit à petit, ne cherchant pas la perfection, cherchant tout simplement à décrire la scène, à raconter l’histoire de cette petite Raelle qui partait loin de chez elle pour mener à bien son plan.

Si l’écriture fut difficile, j’étais heureuse de pouvoir l’accompagner. J’avais moins la sensation qu’elle était seule, j’avais l’impression d’être sa bonne étoile.  Les mots ont défilé et lors des deux dernières scènes, j’ai réussi à reprendre totalement l’écriture en main et à ne plus penser que j’écrivais. Après deux heures à ramer, j’avais enfin réussi à me plonger totalement dans l’histoire. Immergée, j’oubliais que j’écrivais, je la suivais seulement dans la fin de son chapitre.

Une dernière scène s’est rajoutée, sur un discours poignant de cette enfant plus mature que les autres. Et la fin à suspense vient conclure parfaitement cette note d’espoir.

Je suis heureuse et soulagée d’avoir réussi cet exploit aujourd’hui, car si j’ai retrouvé la facilité d’écriture à la fin, les trois quarts furent laborieux. Je ne me suis jamais autant donné pour une histoire. J’ai l’impression de donner le même investissement que pour La Voix d’Origine, qui a duré plus de quatre, mais en plus condensé. Ça consomme beaucoup d’énergie.

Je suis contente de pouvoir lâcher le clavier pour aujourd’hui, d’avoir largement dépassé mon objectif quotidien et d’avoir rattrapé mon retard. Demain, je retrouve Aiden, mais ce soir, je peux me reposer et tâcher d’être un peu fière de moi. Je dois regarder devant moi et laisser ces difficultés derrière.

3258 mots

Bannière Caroline Dubois

{Image : Pixabay}
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s