Carnet de Notes #16

Vous allez probablement penser que je suis cinglée et à juste titre, j’ai pensé ça de moi pendant quelques minutes, mais avec le sourire aux lèvres d’avoir agi de cette façon. Qu’est-ce qui se passe, me direz-vous ? Eh bien, après avoir passé des semaines, si ce n’est des mois, à essayer de planifier la nouvelle version de La Voix d’Origine, j’ai décidé de tout effacer ce plan.

Pour tout vous dire, ça fait un bon moment que je n’arrive pas à poursuivre, quelque chose me bloque et je n’arrive pas à savoir quoi. En même temps, j’ai des idées plein la tête, mais je reste bloquée quand il s’agit de continuer mon plan. Jusqu’à hier soir, je ne savais pas pourquoi j’agissais de cette façon, je n’arrivais pas à comprendre comment je pouvais être bloquée en ayant autant d’idées pour mon histoire. C’est alors que j’ai repensé au 5 avril 2015. En toute vérité, je me souviens de cette date uniquement parce que j’ai publié une photo à la suite de ce que j’ai fait sur Instagram. 😉

Bref, à cette époque, je n’avais encore jamais réussi à dépasser le chapitre 4 de La Voix d’Origine et je ne cessais de les réécrire encore et encore. Et j’avais lu une fois une citation, que je n’ai pas réussi à retrouver, mais je me souviens qu’elle disait que si nous avions un blocage, il valait mieux effacer ce que nous avions déjà écrit. Je ne connais plus les termes exacts, mais à cette fameuse date, je m’en suis souvenu et j’ai su ce que je devais faire. J’ai pris tous mes fichiers de mon histoire, tous les essais, les morceaux de texte que je gardais pour les réutiliser, les fiches de personnages, de peuples. Tout est passé à la corbeille. Puis j’ai fait la même chose avec tout ce que j’avais imprimé : les archives que je gardais dans un coin au cas où j’en aurais besoin. Je les ai fait brûler. Sur le coup, ce fut un moment assez paralysant, tout le travail que j’avais pu fournir, tous mes petits brouillons, tout ce sur quoi je me reposais depuis quelques mois, tout était parti. Je n’avais plus rien, hormis ce que j’avais en tête. Et croyez-moi ou non, c’est plus libérateur que ça en à l’air.

À ce moment-là, j’ai compris que je me basais trop sur ce que j’avais déjà écrit, comme si je ne croyais pas assez en moi pour représenter l’univers que j’avais dans ma tête. Comme si je n’étais pas assez douée pour écrire à nouveau sans béquilles. Ne plus rien avoir sous la main m’a permis d’avoir de merveilleuses idées qui sortaient complètement de tout ce que j’avais déjà écrit et c’est ce qui m’a permis de me lancer dans l’écriture en juillet 2015, sans m’interrompre au chapitre 4.

Aujourd’hui, non, je n’ai pas tout effacé comme j’ai pu le faire. Je crois que je n’aurais pas survécu si j’avais fait cela tant mon histoire a avancé et évolué dans le temps, j’ai maintenant plus d’informations sur l’ordinateur que je ne les ai en tête, parce que c’est assez difficile de se souvenir de tout ! Ce que j’ai fait aujourd’hui, dans un accès de folie, c’est de prendre ce plan que je me traine depuis des semaines et je l’ai effacé. Là, à l’heure qu’il est, je n’ai plus de plan, hormis celui que j’ai dans la tête.

Pourquoi ai-je fait cela ? Parce que je n’ai pas besoin de plan. Ça fait combien d’années que j’ai cette histoire en tête ? Quatre ans. Et depuis tout ce temps, je doute encore de ma capacité à raconter cette histoire que je connais par cœur ? Pourquoi me faudrait-il un plan, scène par scène ? Si c’est ce qui m’a aidé à surmonter mon blocage du « chapitre 4 » la première fois, ce n’est pas une raison pour que cela me soit utile une deuxième fois. Aujourd’hui, j’ai besoin de libérer ma créativité. Je ne cessais de bloquer sur le nombre de mots par chapitre, ne sachant pas ce qu’il valait le mieux. Hier soir, je me suis dit que je ne le saurais jamais tant que je n’écrirais pas et que si je me basais uniquement sur mon plan, alors mon instinct serait écarté de l’écriture. Je n’ai pas envie de reproduire la même erreur que la première fois : une écriture trop cérébrale. On a besoin d’un minimum de plan pour écrire son histoire, pour savoir ce qui s’y déroule, pour réussir à placer toutes les intrigues, mais une fois qu’on a fait cela, il faut se faire confiance. Je connais le plan, il est dans ma tête. Hier soir, j’ai fait dérouler mon histoire mentalement et toutes les nouveautés que j’avais ajouté à mon plan y étaient présentes. Aujourd’hui, j’ai simplement besoin d’écrire et de faire vivre mon histoire, mes personnages, mon univers et arrêter de croire que je ne suis capable d’écrire que si j’ai mes béquilles.

On verra bien ce que cela donnera. Je suis pourtant confiante, je n’ai pas fait ce geste au hasard, mais de toute façon, je n’ai plus de plan au cas où je me serais trompée ! Je ne peux compter que sur ma mémoire et mon imagination et je crois que ce sont les meilleurs alliés d’un écrivain ! 😉

Bannière Caroline Dubois

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s