Carnet de Notes #17

Cela va faire près d’un mois que je ne suis pas revenue sur mon blog, respectant mon souhait de prendre du recul et de me laisser une chance de me concentrer un peu plus sur l’écriture de mes romans que sur mes articles. Mais aujourd’hui, j’ai envie de revenir pour vous partager ma belle avancée et ma sérénité du moment.

Si les deux premières semaines suivant mon article L’été arrive… je n’ai pas pu écrire pour cause de travaux et de temps passé avec ma famille, cette semaine a été sous le signe d’une écriture productive ! Pour vous faire un bref résumé, j’avais décidé de suspendre l’écriture de La Voix d’Origine pour retrouver ma véritable envie d’écrire et pour m’amuser plus que « travailler ». J’étais donc passée sur Le Pacte du Magicien pour lâcher prise et écrire quand l’envie me prenait. Aujourd’hui, je suis restée fidèle à ma décision et je travaille toujours sur ce roman que j’avais mis de côté en fin d’année 2016.

Aujourd’hui, j’en suis au chapitre 6 et je suis très heureuse de vous partager cette avancée. Très vite, je me suis rendu compte que je n’arriverais pas à faire de petits chapitres comme je l’avais souhaité, car j’avais beaucoup de choses à dire et donc mes chapitres sont assez conséquents même si leur taille reste correcte. J’avance par paquet de deux mille voire trois mille mots par jour sans que cela soit difficile ou que j’ai l’impression de les ramener du fin fond de l’espace. Je m’impressionne moi-même par la facilité que j’ai d’écrire, mais finalement je suis plus sereine qu’enjouée.

En fait, j’ai le sentiment de vivre enfin ce que je souhaitais depuis un long moment, pouvoir écrire sur plusieurs heures, la tête plongée une bonne partie de la journée dans mon roman. J’ai de l’énergie à revendre et une fois que j’ai commencé à écrire, je ne m’arrête plus. Depuis le début de semaine, j’écris près d’une moitié de chapitre par jour et j’ai dépassé le stade où j’en étais lors de la première écriture du Pacte du Magicien. Les choses me sont faciles en ce moment et, plutôt que de chercher la petite bête et tout gâcher, je profite du moment présent, de ces instants qui me sont offerts.

Je ne me donne pas d’autres objectifs que de consacrer un peu de temps à mon roman tous les jours. Notamment, en ayant en tête les bons mots de l’écrivain Lionel Davoust dans un de ses excellents articles :

« Tu n’as aucune obligation de résultat, seulement une obligation de moyens :
te mettre devant le clavier »

Et c’est ce que je fais. Je ne m’oblige pas à sortir un nombre de mots, ni même à avoir un quelconque résultat. Je cherche simplement à me plonger dans mon histoire un peu chaque jour. Mais plus les jours passent et plus l’envie d’écrire grandit en moi. Aujourd’hui, j’avais un léger doute quant à ma capacité à écrire. Je me suis dit que j’avais peut-être eu de la chance (oui, j’ai fini par chercher la petite bête) et que cela n’allait pas toujours fonctionner. Finalement, je me suis dit : « Essaie » Je n’avais pas besoin de réussir, j’avais juste besoin d’essayer, de me remémorer l’ambiance dans laquelle je vis ces derniers jours et d’écrire quelques mots pour offrir une chance à mon histoire d’exister un peu plus.

Voilà où j’en suis aujourd’hui, heureuse et sereine d’avancer de façon productive et créative dans mon roman. Mes personnages prennent de l’ampleur, certains se révèlent alors qu’ils devaient rester en retrait, d’autres deviennent plus fascinants que je ne l’avais imaginé.

Une histoire prend vie et j’ai seulement envie que cela continue.

Bannière Caroline Dubois

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s