Réécriture – Dernier Jour

Je peux enfin vous l’annoncer clairement, j’ai terminé mon roman ! 😀

Je suis très heureuse de pouvoir le dire et me rendre compte qu’enfin, oui, il est bien terminé. Je suis contente d’y être arrivée, et si vite. Depuis que je travaille en parallèle sur mon blog, avec mes articles, je trouve que mon écriture est plus rapide et que j’ai de plus en plus de facilité à travailler que ce soit sur mon blog ou sur mes romans. J’ai vraiment eu la sensation de m’être améliorée en quelques mois !

Cette réécriture avait pour but d’améliorer l’écriture et certains passages de l’histoire, de gérer le rythme des chapitres et d’équilibrer les scènes, de pouvoir tout expliquer et ne pas oublier certains points. Je pense avoir réussi le plus gros, je crois enfin que mon histoire est complète. Et ce n’était pas si évident à penser. Pendant de longues années, je pensais toujours qu’il faudrait réécrire encore et encore pour que ce soit livre soit mieux, voire parfait, mais je pense avoir tout donné cette fois-ci et il a été réécrit, refaçonné avec tous les moyens que j’avais en ma possession. Je ne sais pas s’il y a encore des choses à changer. Je pense que cette fois, ce sera le rôle de mes trois premières lectrices. Je vais très bientôt leur créer un petit guide accompagné d’un bref questionnaire pour qu’elles puissent donner leur avis en détail, pour m’aiguiller sur d’éventuels changements.

Illustration jour 61 (Dernier Jour)

Je sais, et je suis sûre, qu’il y aura une dernière réécriture, moins fastidieuse. La prochaine fois je me concentrerai sur l’écriture, il me faudra affiner certains passages, couper des phrases entières, changer quelques mots. Et puis je changerais sûrement deux trois choses par rapport aux avis des lectrices, si elles n’ont pas compris certains éléments ou bien alors si certains chapitres sont trop longs, par assez dynamique. Il est vrai que je ne peux pas prévoir à l’avance ce que seront ces changements, tout dépend de leur avis. (Je leur mets à peine la pression 😉 )

Pourtant, cette petite responsabilité qu’elles ont de devoir pointer du doigt des passages ou des éléments « moyens », n’a rien à voir avec le stress qui commence à me gagner en sachant qu’elles vont lire ce livre. Même si cela fait quatre ans que je parle de cette histoire et que je dévoile à petites doses des détails, ce roman, ce Projet Elasia a toujours été un peu secret. Je sais que certaines fois je prenais bien mon temps pour repousser le moment où on lirait enfin mon livre.

Ce roman me tient tellement à cœur, et je crois que j’ai dû vous embêter un peu tout au long de ces articles où je vous racontais à quel point je l’aimais lui et ses personnages. Mais c’est un fait, ce livre est tout pour moi et de le dévoiler enfin, de prendre le risque qu’il ne plaise pas, c’est assez stressant. J’ai tellement peur, à force d’avoir dit que c’était le livre de ma vie que les personnes aient placé la barre trop haute et que l’histoire les déçoive.

Je suis terrifiée à l’idée que ces trois lectrices s’ennuient, détestent certains personnages qu’elles devraient aimer, qu’elles ne comprennent rien à mon univers parce que je l’ai mal expliqué, ou bien encore n’éprouvent plus l’envie de continuer de lire. Je me fais beaucoup de films dans ma tête et je pense que pendant tout le temps de la lecture, je ne vais jamais cesser d’angoisser et de me demander ce qu’elles vont en penser. ^^

À côté de cela, j’aime tellement cette histoire que je désire plus que tout que les autres l’aiment aussi, que ce roman leur apporte autant qu’il m’a apporté. J’ai envie qu’elles rient, qu’elles pleurent, qu’elles avancent avec ces personnages dans cette aventure, parce que je ne peux que leur souhaiter d’apprécier autant cette histoire que moi. Je l’espère, mais peu importe ce qui se passera, je continuerai de travailler sur ce livre et je l’enverrais à une maison d’édition, c’est certain !

Que va-t-il se passer, maintenant que la réécriture est terminée et que je n’ai plus d’article quotidien à vous offrir ? Eh bien déjà, je vais passer ce livre à mes lectrices. De mon côté, je vais prendre une petite pause, pour souffler et essayer d’apprécier le travail qui a été fait ! Je pense que je vais planifier un autre livre pour ensuite commencer à l’écrire. Je verrais comment les jours vont se passer, mais je posterai sûrement un article pour parler de ce nouveau livre.

En attendant, et pour vous remercier d’avoir lu chaque jour mes articles, de m’avoir suivi patiemment dans tout ce processus de réécriture, pour votre soutien, je vais dévoiler le titre de ce Projet Elasia. Maintenant qu’il va bientôt être lu, il a besoin d’un vrai nom pour exister. Ce n’est plus un projet, aujourd’hui, mon roman prendra forme à la lecture !

La Voix d’Origine

 

Merci encore pour vos visites sur mon blog, vos « j’aime » et vos commentaires, cela m’a beaucoup touché et comme toujours, cela m’a permis de continuer et de ne pas lâcher.

Merci et bonne journée à vous ! 😀

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}

Enregistrer

Réécriture – Jour 60

Si depuis quelques jours, je réussis à vous partager mes journées de réécriture scène par scène, profitant pour vous détailler quelques éléments de mon histoire et sur mes personnages, ce qui s’est passé en ce 60ème me demanderait de vous décrire une quinzaine de scènes en détail. J’ai été si productive pour ce nouveau jour que j’ai pu retravailler 3 chapitres tout en corrigeant les fautes de chaque scène. Mais que s’est-il passé ? ^^

J’ai commencé ma journée comme les autres, après m’être occupée de mon blog, je reprends mon livre là où je l’ai laissé. Tout d’abord, j’ai pu réécrire la scène qui me perturbait l’autre jour. J’avais la sensation que mes personnages n’avaient pas leur caractère habituel, mais je n’avais pas eu l’inspiration nécessaire pour corriger ce point. Frappée par la foudre de l’imagination, j’ai pu reprendre cette scène et la réécrire sans problème. Par la suite, je pensais que j’allais juste retravailler une scène ou deux, mais j’ai vite compris quelle journée m’attendait…

Illustration jour 60

Si j’écris cette histoire, c’est parce que je suis passionnée par elle, sinon, je ne me donnerais pas la peine de l’écrire. Et donc, plus j’approchais de la fin, plus j’étais emballée par ce qui se passait, appréciant autant en tant que lecteur qu’écrivain les scènes qui s’enchaînaient. Je trouvais très peu de choses à corriger dans ces scènes, ou bien alors, j’étais assez rapide pour les réécrire en un temps record.

À l’heure où j’arrête d’écrire, j’avais déjà réécrit cinq scènes, mais voilà, j’étais comme une lectrice qui termine un chapitre et qui veut savoir la suite. La suite, je la connaissais déjà et ce depuis toujours, mais j’avais envie de voir comment j’avais écrit cela il y a quelques mois déjà. Je voulais voir si les prochaines scènes s’enchaînaient aussi bien que celles que j’avais déjà retravaillées. Et puis à côté de cela, je voulais pouvoir terminer mon livre avant une certaine date, ce qui m’encourageait à poursuivre à nouveau.

J’ai attendu le milieu d’après-midi pour me remettre au travail, poursuivant la réécriture des scènes. Le temps passait au ralenti, comme s’il était propice à mon avancée. Tout concordait ! Mais voilà, à mesure que je progressais dans ma réécriture, je m’approchais de certaines scènes très intenses. Une dernière rencontre avec un personnage pour Aïa, dernière conversation avec l’ennemi, dernière bataille… Tout se termine scène après scène et mon amour pour cette histoire grandissait encore.

Je ne saurais vous raconter chaque scène tant j’en ai réécrit ce jour-là, et pourtant elles avaient tout un point intéressant à partager, quelque chose qui apportait un plus à l’histoire. Toutes étaient si intéressantes à analyser, j’ai noté chaque impression sur chaque scène sur un papier, mais je me suis vite rendu compte que j’utilisais plus de papier que d’habitude et qu’un article ne serait jamais assez long pour tout raconter. Et puis d’une certaine façon, n’est-ce pas pour le mieux ? Il faut garder un peu de suspens sur le déroulement de l’histoire, même si je ne vous ai pas beaucoup dévoilé de choses.

Mon histoire n’est pas terminée, malgré le pas-de-géant que j’ai fait. Il me reste deux chapitres pour clore l’histoire et l’épilogue. Mais ceux-ci seront vite terminés demain, cela ne fait aucun doute.

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}

Enregistrer

Réécriture – Jour 59

Si hier, j’ai eu quelques problèmes avec les émotions de certaines scènes, pour cette nouvelle journée, j’ai pu découvrir une scène pleine d’émotion et de tendresse, sans mièvreries. Il faut dire que cette scène est déjà puissante par elle-même, car, après les retrouvailles, deux personnages doivent à nouveau se quitter sans savoir s’ils vont se revoir à nouveau. L’un pouvant mourir bientôt. La base de cette scène était tellement forte que je n’ai pas eu besoin d’en faire beaucoup à l’écriture, il suffit de retranscrire la sincérité des personnages sans trop en faire. J’ai trouvé que la scène était assez émouvante pour moi et je crois que je devrais m’en inspirer pour les scènes qui m’ont posées problème hier.

Par la suite, j’ai retrouvé une scène qui est tout aussi forte, mais qui n’a rien à voir avec la précédente. C’est surtout, que dans cette scène, le lecteur ne voit pas la révélation venir. Si dans la scène précédente le lecteur pouvait voir que des personnages faisaient leurs adieux à d’autres, il était donc simple de comprendre que le tour viendrait pour les personnages principaux. Mais cette fois-ci, la scène commence innocemment. On comprend que quelque chose se passe et que certains personnages ont appris quelque chose de graves. Aïa est enfin contacté pour apprendre elle-même cette nouvelle et elle ne va l’apprendre que petit à petit, elle ne va comprendre l’ampleur de cette information que lorsque le personnage qu’il lui en parle aura terminé.

Illustration jour 59

Cette scène raconte une information sur mon méchant de l’histoire. J’ai toujours eu un peu de mal avec un côté gentil, un autre méchant. Je pense que tout le monde fait des choix, tout fait des erreurs et je considère plus ce personnage comme l’ennemi de mon personnage principal, plutôt qu’un méchant en lui-même. Ses actions sont terribles, tout comme ses propos, mais justement, grâce à cette scène et cette révélation, on comprend qu’une histoire se cache derrière le personnage et on apprend ce qui l’a amené à faire toutes ces choses. Ce que j’aime, c’est que cela implique un autre personnage. Une personne très innocente qui finalement, par un acte tout aussi innocent qu’elle, à provoquer cela, à fait de lui ce qu’il était. Et je trouve le parallèle très profond. Peu importe nos actes, qu’ils soient bons ou mauvais, on ne sait pas de quelle manière ils vont influencer les autres. Et cette fois-là, ce personnage ne pensait pas à mal, mais elle est à l’origine du personnage et de ce qu’il est devenu. Je suis vraiment contente de cette scène qui prend peu à peu de l’ampleur.

De cette scène et de cette révélation découlent beaucoup de conséquences. Tout d’abord, les personnages qui ont appris cette histoire sont assez bouleversés, car cela change la manière de voir leur ennemi. Cela leur donne une raison de moins de le détester et cela n’est pas si facile que cela à assumer. Et puis, suite à cela, Aïa se pose beaucoup de questions à propos de son jugement et des clans… Cette histoire dérange un peu et tout le monde se remet en question.

Dans cette même scène, Aïa rencontre à nouveau, par un procédé toujours aussi mystérieux, son ennemi et cette nouvelle rencontre va provoquer la dernière phase de mon histoire. Elle comprend qu’elle doit faire certaines choses, mais elle sait que ce n’est peut-être pas ce que l’on attend d’elle. Elle est en plein dilemme, mais choisit d’écouter son intuition qui l’amène à partir de l’endroit où elle se retrouve pour rejoindre l’ennemi.

Suite à cela, un des personnages décide de la suivre, même si elle ne le veut pas, et encore une fois, cette situation a beaucoup de conséquences. Ce personnage lui avoue alors certaines choses qui j’espère surprendront le lecteur ! ^^ J’ai pu retravailler cette scène plus la suivante sur ce duo de personnages et j’aime vraiment leur dialogue, leur échange. Je les adore ! ^^

En retravaillant quatre scènes, j’ai pu terminer un chapitre et en commencer un autre. Avec ce dernier, il ne me reste plus que cinq chapitres à réécrire avant la fin de l’histoire. Une première partie de l’histoire va se clore lors du chapitre suivant, à partir de ce moment, ils ne seront plus en danger. Et par la suite, les trois autres chapitres permettront de terminer les fils de l’histoire, que ce soient les personnages ou certaines situations qui avaient encore besoin d’éléments pour se résoudre. C’est comme si mon histoire avait deux fins. Et si la vraie fin approche en n’étant qu’à cinq chapitres de moi, je sais que la plus grosse fin, celle où il se passe le plus de choses, arrive très vite et je stress déjà de la réécrire ! ^^

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}

Enregistrer

Réécriture – Jour 58

Ces derniers, je me retrouve toujours entre deux chapitres. Auparavant, j’avais l’habitude de terminer un chapitre lors d’une journée d’écriture et le lendemain, je pouvais relire ce chapitre une dernière fois. Sauf que maintenant, en m’arrêtant chaque jour en plein milieu d’un chapitre, j’oublie de relire les anciens chapitres. Et, pour cette nouvelle journée de réécriture, j’avais deux chapitres de retard. Je me suis donc penchée là-dessus en premier.

Une fois que ce fut chose faite, je suis passée à la scène suivante où l’on retrouve Aïa et ce moment de tension où elle est en danger. Autant, le début de la scène me convient, on voit que les personnages réagissent après ce moment de tension, ils se laissent guider par leur instinct. Mon problème avec cette scène, c’est sa fin. J’ai écrit un dialogue entre deux personnages, mais j’ai vraiment du mal avec leur parole. Tout d’abord, il y a trop de tirets à mon goût et de phrases courtes. Rien qu’esthétiquement, cela me dérange. Mais en plus, je trouve qu’il manque quelque chose, comme si les personnages n’étaient plus eux-mêmes. En réécrivant cette scène, je n’ai pas trouvé de solution donc je me donne le temps de réécrire les scènes suivantes pour y réfléchir, et lorsque je relirais ce chapitre, si tout va bien, j’aurais une solution sous la main. Si tout va bien…

Illustration jour 58

Par la suite, j’ai enchaîné sur une autre scène avec un autre groupe de personnages. On retrouve « l’homme avec son passé  ». Cette fois-ci, il retourne dans le pays de sa naissance et de son enfance. Cela fait plus de vingt ans qu’il n’y était pas retourné et la guerre a beaucoup changé l’ambiance et le paysage de ce pays. Son retour au pays est très difficile pour lui, car les villages ont été attaqués par l’ennemi, il n’y a plus de paix, ni de sérénité dans l’atmosphère. Cette scène couvre essentiellement son retour et la découverte de ce qu’est advenu son pays, ses réactions.

La scène suivante raconte son retour dans sa ville natale et là où vit sa famille. Cette ville est encore plus marquée par la guerre et on le sent très attristé de ne pas avoir été là pour aider. Dans cette scène, même si on découvre également ce qu’est devenue la ville, on se concentre surtout sur ses retrouvailles avec un membre de sa famille. J’aimerais que l’émotion soit très forte et que l’on sente à quel point c’est important pour eux, mais à la réécriture, je n’ai pas trouvé ce que je voulais. Je dois dire que sur cette scène également, je sèche, je n’arrive pas à faire ressortir leurs émotions et je trouve que cela se passe beaucoup trop vite. Je retravaillerai cette scène peut-être demain ou bien lors de la relecture de ce chapitre.

J’ai bien senti que je n’avais pas beaucoup d’inspirations pour mes scènes en ce 58ème jour de réécriture. Cela arrive, mais je ne dois pas m’empêcher de continuer pour autant !

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}

Réécriture – Jour 57

Suite du chapitre 20, on continue avec une scène très forte en émotion. Je ne sais pas comment je vais pouvoir l’expliquer, car en réalité, c’est une situation qui n’existe pas dans notre monde. Dans cette scène, il se passe un événement lié à plein d’éléments du monde d’Elasia. Cette situation est donc très dure pour les personnages, et tout le processus est décrit à travers leurs émotions, leurs ressentis. À chaque phrase, on sent que c’est difficile, même pour des personnages qui ont déjà beaucoup vécu dans leur vie. Cette une étape singulière, très différente de tout ce qu’ils ont pu vivre et seuls ceux qui ont participé à ce genre de situation peuvent comprendre à quel point c’est dur. Voilà, j’ai fait de mon mieux pour l’expliquer ^^

À côté de cela, nous avons une nouvelle scène avec Aïa où se poursuit le dialogue à double sens, sauf que là aussi, la situation monte en tension. Dans la scène précédente, avec Aïa, le dialogue était calme, posé, mais plus le temps passe et aucun des deux n’obtient les réponses qu’il voulait, alors la tension monte et le ton de voix se hausse. On sent Aïa qui commence peu à peu à paniquer à côté de cet homme qui devient violent, elle n’a jamais eu affaire à ce genre de personne et elle est terrifiée.

Illustration jour 57

Et pourtant, à mesure que la tension monte et que le dialogue à double sens se poursuit, les incohérences commencent à se dévoiler. Plus ils parlent et plus ils se rendent compte que ce que répond l’autre n’a aucun sens et que cela n’a rien à voir avec de la provocation. Ils voient très bien qu’ils ne parlent pas de la même chose et il suffit d’une phrase pour qu’ils comprennent qu’ils ne sont pas ennemis. J’aime beaucoup cette scène car la tension monte, mais retombe comme un soufflé, provoquant la surprise chez le lecteur, je l’espère.

Par la suite, on continue avec ces deux mêmes personnages qui ont commencé un tout autre dialogue, maintenant qu’ils ont à peu près compris qu’ils n’étaient pas ennemis, ils essayent de comprendre pourquoi l’autre est ici et qui il est. Mais à mesure qu’ils se parlent, les révélations tombent peu à peu et ils comprennent qu’ils sont bien plus proches qu’ils ne le pensaient au début. Ils finissent par parler à cœur ouvert et peinent à croire que tout cela est vrai.

On finit le chapitre avec un moment une nouvelle fois tendu. Je suis très contente de la manière dont je l’ai fini, car en tant que lecteurs, on voit très bien que quelque chose se passe et qu’Aïa l’a compris, donc on stress avec elle sans savoir pour quoi et puis la dernière phrase révèle l’objet de son angoisse et c’est écrit de manière à ce que le danger continue d’arriver, mais maintenant Aïa est au milieu de la situation. Je me rends compte que, dit comme cela, cela n’a pas le même panache, mais il vaut mieux que ce soit bien écrit dans mon livre et moins ici, que l’inverse ! ^^

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}

Réécriture – Jour 56

On continue toujours sur ce 19ème chapitre avec la 4ème scène. Dans cette nouvelle scène, on suit ce personnage dont je vous parle tant, celui qui est devenu quelqu’un de bien différent par rapport à ce qu’il était dans son passé. Il se retrouve donc obligé d’aller dans un lieu de son passé, un endroit dans lequel il a vécu son adolescence. Et j’aime beaucoup les réactions qu’il a en entrant dans ce lieu, en revoyant les décors qu’il a toujours connus, en rencontrant des personnes qui ont vieilli maintenant et qui eux aussi ont changé. J’aime voir le parallèle entre ses propres souvenirs et ce qu’est ce lieu à présent. Dans cette scène, on découvre également un personnage éphémère (je leur ai enfin trouvé un nom, ces personnages qui n’existent dans ce livre que pendant une à deux scènes). Celle-ci fait également partie de son passé, mais on n’en a jamais entendu parler, car elle n’est pas importante pour le récit. Elle est importante seulement dans l’histoire de ce personnage, car elle fait partie de l’entourage qu’il a eu pendant des années. J’adore, par ailleurs, sa réaction en le voyant revenir. Elle est peut-être éphémère, mais elle ne manque pas de caractère !

Par la suite, on suit toujours ce personnage, mais cette fois-ci, il va à la rencontre d’une autre personne de son passé, un personnage qui a été comme un deuxième père pour lui. J’adore vraiment cette nouvelle rencontre, car au début, ce dernier ne le reconnaît pas, mais peu à peu, il se rend compte de qui il est et cela le bouleverse. Dans cette scène, on voit également les traces du temps qui a passé, dans la physionomie de ce personnage éphémère qui est devenu plus vieux et dans cette pudeur, mélangée à une véritable tendresse, entre ces deux personnages qui sont très émus de se retrouver. J’aime beaucoup cette scène, et j’éprouve que de l’empathie pour ces personnages.

Illustration jour 56

J’ai pu retravailler sur une nouvelle, et cette fois-ci, on retourne voir Aïa qui se retrouve, une nouvelle fois, en mauvaise posture. Je pense que les lecteurs vont être un peu perdus, enfin… ils ne vont pas le savoir avant une révélation, si j’ai bien fait mon travail. Je vous explique : dans cette scène, se trouve une rencontre avec un dialogue à double sens. C’est-à-dire que chaque personnage pense que celui en face est une personne bien précise, alors qu’ils se trompent tous les deux. Donc, pendant la première lecture de ce dialogue, les lecteurs ne vont voir que ce que voit Aïa, mais s’ils relisent le dialogue après la révélation du point de vue de l’autre personnage, alors ils verront que cela fonctionne tout autant dans l’autre sens. Je me souviens que j’ai eu beaucoup de mal à écrire cette scène, car il faut qu’elle soit cohérente dans les deux sens, mais à la réécriture, je me rends compte que je ne me suis pas si mal débrouillée et j’ai bien réussi mon pari !

Et enfin, dernière scène, première du chapitre 20, parce que j’avais encore du temps et l’envie d’écrire, on retourne avec le personnage dont je vous parlais en début d’article. Cette fois-ci, il rencontre une troisième et dernière personne de son passé, et là encore, on voit que le temps a passé et que leur relation ne pourra plus jamais être la même. Ils ont vécu chacun de leur côté des blessures qu’ils ont dû surmonter et j’espère que je les ai assez bien décrites pour qu’on le voie. On voit entre eux toujours une profonde amitié pour l’autre, mais ils savent tous deux qu’ils ont trop changés. Ils sont adultes, maintenant.

J’aime vraiment ces quelques scènes avec ce personnage où l’on découvre à la fois son passé, donc on en apprend plus sur lui, et à la fois son présent et comment tout ce qu’il a toujours connu n’est plus semblable à son passé. J’espère que les lecteurs apprécieront ce petit voyage avec les groupes séparés. Cela nous permet vraiment d’en apprendre plus sur chaque personnage en détail, tout en continuant de suivre Aïa. Dans ce chapitre 20, deux des groupes vont se réunir et nous allons suivre un peu plus Aïa dans la dernière ligne droite. La fin n’est plus très loin à présent…

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}

Réécriture – Jour 55

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’hier, tout n’était pas rose. Lorsque je rencontre un tas de problèmes, ma première réaction est toujours d’être découragée, d’avoir le sentiment que je ne vais jamais y arriver et que mon livre m’échappe. Heureusement pour moi, je connais mon fonctionnement, je sais que, quoi qu’il arrive, peu importe à quel point je peux être découragée, je vais toujours continuer à avancer. Le seul détail, c’est qu’après une suite de problèmes comme je l’ai eu hier, je peux mettre un moment avant de me remettre en marche.

Lorsque je me suis posée devant mon ordinateur, je ne voyais que la quantité impressionnante de travail à faire. J’aurais pu laisser traîner les choses, procrastiner comme je sais si bien le faire, mais au fond de moi, je ne voulais pas que ces problèmes durent des jours entiers. Je me suis donc dit : « Prends les problèmes un par un, tu n’es pas plus bête qu’une autre, tu vas y arriver ! » Avec ce petit auto-encouragement, j’ai commencé par me focaliser sur le problème de « l’histoire manquante ». Je ne savais pas vraiment par où commencer, mais je suis allée lire la description de la vie de ce personnage dans mes fiches pour essayer d’éclaircir mes idées. À partir de cela, j’ai établi une liste des éléments de son histoire que je voulais présente dans mon roman. J’ai par la suite décidé où je voulais insérer ces éléments, en l’occurrence, une partie de son histoire au début du livre, et l’autre dans la scène du chapitre 19 où j’ai trouvé tous mes problèmes. Grâce à ces petites décisions, et en ne pensant pas à tout le travail à faire mais en y allant petit à petit, j’ai pu régler ce premier problème !

Illustration jour 55

Ensuite, il y avait la question de cette relation entre les deux personnages. Je me demandais si elle devait changer ou non, et cela, j’y ai réfléchi avant de dormir. Cette idée que j’avais en tête est une situation que j’apprécie beaucoup et j’aimerais vraiment l’écrire un jour, mais j’ai compris que mon roman pouvait s’en passer, alors j’utiliserai sûrement cette idée pour un prochain roman. Problème numéro deux, réglé !

Après avoir résolu mes problèmes, avec efficacité et rapidité, pour une fois, je n’ai pas trainé, je me suis lancée dans la correction de cette scène pour enfin passer à autre chose.

J’ai donc travaillé sur la scène suivante. Par ailleurs, il me faut le souligner, vu que cela décrédibilise toutes mes peurs d’hier : une partie de l’histoire de mon personnage est racontée dans cette scène. C’était bien la peine de faire une montagne alors qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter ! Heureusement, je n’ai pas eu à défaire ce que j’avais ajouté à mon roman. L’histoire racontée dans cette scène permet de faire un rappel de ce qui a été écrit dans le début du récit, tout en ajoutant quelques détails. Tout concorde et cela fait plaisir !

J’adore cette nouvelle scène, car elle met en avant ce personnage qui m’a donné des sueurs froides hier. Elle permet d’en apprendre donc plus sur son passé et sur la personnalité qu’il avait autrefois. Je trouve ce personnage très attachant, à travers le regard qu’il porte sur son passé. Je l’aime beaucoup et j’ai hâte de voir les quelques prochaines scènes qui le mettront encore plus en avant.

Ensuite, j’ai travaillé sur une dernière scène, où l’on retrouve Aïa. J’apprécie tout autant cette scène, car on la voit en pleine réflexion pour se sortir de cette situation et j’aime voir qu’elle se débrouille bien toute seule. Elle n’a pas besoin d’être sauvée, car elle sait très bien se sauver elle-même. Dans cette scène, elle doit user de stratagèmes qu’elle n’apprécie pas beaucoup, mais elle le fait quand même et elle le fait avec brio !

Quoi ajouter à cette journée, sinon que j’ai pu corriger les fautes et ne pas prendre du retard. Petite note pour moi-même : arrête de t’affoler pour rien ! ^^

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}

Enregistrer

Enregistrer

Réécriture – Jour 54

Tout ne peut pas toujours aller pour le mieux et pour ce 54ème jour, j’ai rencontré quelques obstacles qui vont ralentir considérablement ma progression. Mais prenons les choses dans l’ordre, tout d’abord j’ai relu le chapitre 17 et 18, comme d’habitude, et j’ai bien fait de ne pas les laisser de côté (je pensais qu’ils étaient terminés), parce qu’il y avait quelques corrections importantes à faire.

Par la suite, j’ai donc commencé à travailler sur le nouveau chapitre, en l’occurrence le chapitre 19, et c’est à la première scène que la situation a commencé à se gâter. Tout d’abord, premier problème, j’ai remarqué que j’avais oublié de parler de tout un pan de l’histoire d’un personnage. C’est-à-dire que depuis le début, je raconte des éléments de son histoire, de personnes avec qui il a vécu, sans avoir réellement raconté qu’elle était sa vie et son parcours. Sauf que son histoire est très importante pour le récit et si elle n’est pas dans le roman, alors le lecteur sera dans l’incompréhension.

Illustration jour 54

Je pensais avoir écrit son histoire. En fait, cela ne m’est pas venu à l’idée, car je fais des fiches de personnages et leurs histoires, leurs vies sont écrites en entières dans leur description. Je connais donc leur parcours, mais je ne sais pas pourquoi, j’ai oublié d’en parler dans mon livre. Ce premier obstacle me pose beaucoup de problèmes, car il faut que je trouve où insérer cette histoire, comment le faire. Est-ce que le personnage va raconter son histoire, ou bien est-ce le narrateur ? Est-ce que je le fais en plusieurs parties ou en une seule ? Bref, cela me complique vraiment les choses et je vais devoir réfléchir à tout cela.

En plus de cela, j’ai trouvé un deuxième obstacle. Je vous avais raconté que l’un de mes personnages était un homme dans la première version de mon histoire, alors que dans cette nouvelle version, c’est une femme. Si, au départ, j’arrivais à gérer ce changement car elle n’était pas trop présente, maintenant cela devient un peu un casse-tête. Comme vous le savez, le groupe de personnages s’est séparé. Dans la première version, je suivais l’un des groupes composé de deux hommes, sauf que maintenant tout à changer. En plus de bien faire attention au changement de prénom, de pronom, je dois parfois changer l’attitude, les actions de ce personnage. Et je dois constamment vérifier la conjugaison et la syntaxe des phrases. Ce qui me rajoute beaucoup de travail en plus !

Et, puisque apparemment je ne trouvais pas que j’avais assez de problèmes, j’ai eu une idée pour ces deux personnages qui pourrait changer en partie leur histoire. J’hésite beaucoup, et en même temps, j’aimerais pouvoir écrire à propre d’une situation comme celle que j’ai en tête.

Bref, avec tout cela, je n’ai pas cherché à corriger les fautes, vu tous les changements qui vont s’opérer dans ce chapitre. Je n’ai donc pu travailler que sur une scène, mais je ressors avec des tas de questions. Quelque chose me dit que quelqu’un ne dormira pas la nuit…

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Image : Snappa}

Enregistrer

Réécriture – Jour 53

Pour cette nouvelle journée, j’ai pu réécrire trois scènes, permettant ainsi de terminer ce chapitre 18. Avec ce dernier, on approche d’un grand chapitre avec plus de 8000 mots. J’aime d’une certaine façon quand il y a de la matière dans un chapitre, mais je cherche toujours à faire des petites pauses à l’intérieur en sautant une ligne entre certains paragraphes. Je ne sais pas si vous voyez ce dont je veux vous parler, mais c’est un système que j’apprécie beaucoup dans les longs chapitres de romans et j’essaye de mettre quelques petites pauses pour éviter que le chapitre ne soit trop lourd.

Pour la première scène, j’ai pu travailler sur deux personnages qui n’ont pas encore eu beaucoup l’occasion d’être seuls ensemble. Il y avait toujours une autre personne avec eux ou bien la situation ne se prêtait pas au dialogue. À ce moment-là, ils peuvent discuter en attendant que quelque chose se passe. L’attente leur permet de parler un peu de leur passé et j’aime beaucoup leur conversation. Je trouve qu’ils font deux très bons amis !

Illustration jour 53

Pour la deuxième scène, on suit toujours ces deux personnages. Maintenant, après l’attente, il est temps de passer à l’action et j’aime beaucoup le schéma que j’ai créé là. D’un côté, nous savons qu’ils vont dans cet endroit pour rien, car on a déjà vu dans les précédentes scènes, avec les autres personnages, que ce qu’il cherchait ne se trouve plus là. Le lecteur sait donc qu’ils vont échouer d’une certaine manière. Et d’un autre côté, on apprend à découvrir un personnage sous un angle différent. Il doit redevenir l’homme qu’il était dans le passé pour mener à bien cette mission et je trouve cela intéressant de voir cet autre visage. J’espère l’avoir bien décrit et que quelqu’un le remarquera, ou appréciera, autant que je l’apprécie, cette nouvelle vision de ce personnage.

Et enfin, troisième scène, dernière du chapitre 18, on retrouve un autre groupe de personnages qui discutent en voyageant. Enfin… discuter n’est peut-être pas le terme approprié. Aïa apprend à connaître à nouveau le personnage, alors qu’il s’est enfin dévoilé, et c’est très dur pour elle. Il est tellement différent de ce qu’il était auparavant, que cela la ramène constamment à la confiance qu’elle lui avait donnée et aux mensonges qu’il lui a dit.

J’aime beaucoup cette scène, même si elle est très dure. Ce personnage peut tenir des propos très dérangeants, à la limite de la folie et j’espère que c’est assez bien décrit et que les gens auront conscience du véritable visage de ce personnage. J’ai l’impression que c’est l’un de mes personnages les plus réussis, mais je ne peux pas m’empêcher de douter. J’attends donc avec impatience l’avis des premiers lecteurs sur ce point (et tant d’autres !)

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}

Enregistrer

Réécriture – Jour 52

Pour ce nouveau jour de réécriture, j’ai attaqué de suite avec les deux dernières scènes de mon chapitre. Après l’apparition très importante d’un personnage dans la scène suivante, on se retrouve avec les conséquences de cette rencontre dans ces deux autres scènes. Tout d’abord, la réaction physique d’Aïa qui est assez bouleversée et le résultat sur leur situation, ils sont en danger.

Je pensais que cette scène était trop courte, tout comme la suivante, mais finalement, j’ai trouvé qu’il fallait qu’elle soit courte pour donner cette dynamique particulière à la fin de ce chapitre. On comprend alors l’urgence avec les phrases, les paragraphes courts, et la tension dans les mots des personnages. Ce que j’aime aussi dans cette scène, en plus des conséquences qui font leur apparition, c’est les mots des personnages. Dans leur parole, on retrouve leur personnalité et on n’a aucun mal à les identifier.

Illustration jour 52

La deuxième scène étant sur le même chemin, mais elle montre la retrouvaille entre Aïa et un personnage qu’elle avait perdu de vue en fin de première partie. Je n’aimerais pas être à sa place, parce qu’elle se prend de plein fouet la personnalité de ce personnage alors même qu’elle pensait qu’il était différent. Son esprit est bousculé par tout un tas de pensées et elle ne sait pas comment agir avec lui. J’ai adoré cette scène et ce, même si elle est courte.

Après avoir corrigé les fautes des deux scènes, je me suis lancée dans le chapitre suivant où démarre la séparation du groupe. J’espère que cela ne fera pas trop bizarre au lecteur car, si au début du chapitre, nous avons bien Aïa dans la scène, à un moment donné, elle s’en va et on ne suit que le groupe qui est resté. Donc on ne sait pas ce qui va lui arriver et on suit seulement ses compagnons qui essayent de gérer la situation comme ils le peuvent.

Par la suite, même si cela faisait déjà trois scènes que j’avais réécrites, j’ai continué pour voir si cette séparation de groupes se faisait bien. Si les scènes s’enchaînaient avec fluidité et s’il n’y avait pas d’incohérences.

Finalement, je n’ai pas écrit quatre scènes en tout dans cette journée, mais cinq ! J’aime tellement ces quelques chapitres où les personnages sont séparés car il y a une toute autre dynamique. Lorsque l’on suit un groupe, la scène finit sur un suspense et on enchaîne sur une scène d’un autre groupe, ce qui fait que l’on est, à peu près, tout le temps en suspense. Mais en plus de ce nouveau rythme que j’adore, on retrouve les personnages différemment. Ils ne réagissent plus en fonction d’Aïa ou des autres. Ils agissent différemment selon les personnes avec qui ils sont. Soit ils les connaissent depuis toujours, soit ils ont une relation particulière, soit ils ont vécu des choses ensemble. Bref, tout un tas de raisons qui font que les personnages ne parlent pas, n’agissent pas de la même façon selon avec quelle personne ils se trouvent. Et c’est cela que j’adore dans ces quelques chapitres, apprendre à découvrir un peu plus les personnages dans cette atmosphère de suspens.

J’ai donc beaucoup travaillé ce jour-là, tout en corrigeant les fautes de toutes les scènes. Je suis très contente de moi et j’ai hâte de lire la suite !

Je vous souhaite une bonne journée !

Bannière Caroline Dubois

{Images : Snappa}