Le premier jet est terminé !

Bonjour à tous !

Si vous me suivez sur les réseaux-sociaux, vous avez sûrement vu mon petit message hier, comme quoi, j’ai enfin! terminé le premier jet de mon nouveau roman. Depuis, j’ai encore beaucoup de mal à réaliser que c’est bel et bien terminé. Bon, on est d’accord, le livre n’est pas terminé, il faudra encore beaucoup de travail et de réécriture pour arriver à quelque chose de correct, mais ça fait tellement de temps (des années !) que je n’arrive pas à dépasser le stade du chapitre 4, que me dire aujourd’hui qu’il est terminé est effectivement difficile à croire.

Vous avez été nombreux à me suivre pendant l’été 2015 où j’ai re-commencé ce roman avec la ferme intention de le finir, vous avez suivis mes réussites et mes difficultés et ces derniers mois (surtout novembre, décembre) n’ont pas été simples côtés écriture. Je commençais à avoir du mal à arriver au bout parce que travailler sur un projet depuis si longtemps, ça n’aide pas à garder la même fraîcheur, la même envie, la même motivation que l’on a au départ. C’est pourquoi aujourd’hui je suis si déstabilisée.

Ce roman me tient énormément à cœur, c’est même plus que ça : je ne sais pas ce que ma vie serait s’il n’existait pas (au moins dans ma tête). Je suis liée à cette histoire et à ces personnages de manière si intense qu’il m’arrive de pleurer en écrivant certaines scènes ( vous m’auriez vu l’autre jour, au décès de certains personnages, je n’étais pas toute fraîche ^^) Et maintenant j’ai enfin! réussi à lui offrir une base écrite. C’est déjà un accomplissement pour moi même si je ne compte pas en rester là.

Maintenant que j’ai « terminé », j’ai un regard différent sur mon histoire, mais également sur mon écriture. Si vous avez suivie mes quelques journées partagées sur mon blog, vous pouviez voir qu’à certains moments, j’avais l’impression de faire n’importe quoi et que mon écriture ne valait rien ou ne reflétait pas mon histoire. Aujourd’hui, lorsque je pense à l’ensemble de ma création, je trouve qu’elle me ressemble et qu’elle n’a pas à être autrement. Grâce à ce changement de regard sur ma propre écriture de ce roman, j’aborde aussi différemment la réécriture. Avant je pensais que ce serait l’occasion de tout changer alors que maintenant je veux juste améliorer et apporter encore plus de choses qui représentent au mieux l’univers que j’ai envie de partager.

J’aime l’écriture et plus j’écris, plus j’aime ça. L’écriture c’est l’occasion d’apprendre sur soi, d’apprendre à accepter, à lâcher-prise sur certaines choses, à tenter de s’améliorer et à se rapprocher un peu plus de notre vraie personnalité. J’aime l’écriture parce qu’elle m’aide à partager les histoires qui sont en moi, mais aussi pour tout ce qu’elle m’apporte au quotidien. J’ai beau avoir quelquefois l’impression que je ne vais pas réussir à aligner deux mots ou alors avoir le sentiment que tout est mauvais, je sais que ces étapes sont essentielles pour vivre des moments intenses.

Autre

Qu’est-ce qui va se passer maintenant ? Eh bien, déjà, je prends une pause avec ce roman ! Je vois souvent que cette pause est conseillée après l’écriture d’un premier jet et je suis tout à fait d’accord avec ce principe. On ne peut pas reprendre un livre depuis le début en ayant toujours en soi les émotions de la fin. Par contre, je ne compte pas m’arrêter d’écrire pour autant et compte sur cette pause pour en écrire un autre : j’hésitais entre deux livres que j’ai très envie d’écrire. Les deux seront de la fantasy jeunesse, mais je pense que l’un est un peu trop frais et il me faut encore le laisser murir pour avoir plus d’idées. Je vais donc porter mon choix sur une histoire avec deux jeunes filles (totalement inspirés par mes petites cousines, vous vous reconnaîtrez ! ^^) qui partiront à l’aventure. Voilà un moment que je leur en parle et d’autres idées encore meilleures sont venues depuis, j’ai hâte de commencer !

Maintenant, il n’y plus qu’à se mettre à écrire ce nouveau roman : une nouvelle aventure, de nouveaux personnages et un nouveau monde ! 😀

Merci encore pour votre soutien, vous m’aidez à avancer ! 🙂

Bonne journée à vous et faites ce que vous aimez !

Bannière
{Images : Snappa}

Jour 84 : Belles étapes !

J’ai remarqué seulement aujourd’hui que j’avais franchi de belles étapes hier soir : 200 pages (A4), plus de 130 000 mots écrits et un chapitre 20 entamé ! Je suis très contente de tout ça. Ça fait du bien ! Ce sont des nouvelles positives et ça m’encourage encore plus à terminer mon livre.

J’ai donc commencé mon écriture avec envie en reprenant à la toute fin de mon chapitre 19, cette petite partie que je voulais « à suspens ». Je suis contente du résultat car sur de très courts paragraphes j’ai su apporter l’ambiance que je voulais. Je sens que cette fin peut encore s’améliorer avec des descriptions aussi courtes que détaillées, mais j’ai globalement le rendu que je voulais, et c’est déjà pas mal !

Sachant que le début du chapitre 20 est la suite même de cette fin de chapitre 19, je n’ai pas attendu pour enchaîner. J’étais à fond dans cette scène et j’essayais de capter toutes les sensations possibles pour apporter encore plus de tension. Quand est venu le moment pour certains personnages de parler, j’ai de suite adoré la personnalité d’un de mes personnages qui se dévoilaient enfin. Ça faisait un moment que j’hésitais entre deux « caractères » pour lui et j’ai réussi à trouver un équilibre. Mais surtout, en plus de cette révélation de personnalité, j’ai eu le droit à la naissance (en directe) d’une relation entre deux personnages. Le point clé où tout commence pour ce que je voulais pour eux par la suite. Je ne savais pas trop comment j’allais pouvoir aborder ça et ce changement de relation a trouvé ça place dans cette scène, ce qui est encore mieux !

Il me reste encore quelques petites choses à faire pour cette scène, notamment sur la fin, et puis demain j’entamerais juste après ces corrections la suite de mon histoire en retrouvant un autre groupe de personnage qui auront droit à des scènes fortes en émotion !

Ma journée en chiffre :

Scènes : 1 terminée et 1 commencée

1199 mots !

A demain !

Caroline. D

Jour 83 : Rencontres

Rencontres, c’est le nom de ce chapitre qui se clôt aujourd’hui (enfin presque !) Je devais continuer la scène d’hier et finalement j’ai trouvé qu’elle était pas mal comme elle était alors j’ai enchaînée sur la deuxième scène, avec les mêmes personnages, le même lieux mais avec une différence de ton après une révélation.

Je suis plutôt contente de cette scène que j’ai trouvé très sincère. Mes personnages, fatigués, se parlait avec simplicité, à cœur ouvert. Par ailleurs, mon personnage principal a donc parlé avec un autre personnage qui n’était pas censé faire partie d’une scène au départ. Ce personnage existait mais à travers les paroles des autres et quand il y a eu ce changement de plan, j’ai vu de suite que je pouvais l’introduire dans ces scènes. Il trouvait sa place dans ce nouveau plan et ce n’est pas plus mal !

Du coup, je suis contente d’avoir réussi à l' »apprivoiser ». Je devais le comprendre instantanément et je pense que c’est chose faite. Par la même occasion, je trouve que le duo de ce personnage avec mon principal fonctionne bien et je pense que leur caractère vont bien ensemble.

Je n’ai pas terminé cette scène, pourtant. Il me reste quelques derniers paragraphes à ajouter pour avoir une fin en suspens et je n’avais pas la bonne dynamique pour écrire ces paragraphes en question.

Ma journée en chiffre :

Scène : 1 commencée

1153 mots !

A demain !

Caroline. D

Jour 82 : Réflexions

Aujourd’hui j’ai eu très peu de temps pour écrire, mais surtout parce que j’étais très concentrée sur l’organisation de certaines choses pour Pandore. D’ailleurs, j’en profite pour vous dire que certains des plans que j’avais prévus pour la vente de Pandore tombent à l’eau, je suis un peu déçue mais je cherche déjà d’autres solutions. D’autres petits projets sont encore en cours de réflexion et je ne sais pas s’ils vont pouvoir poursuivre quand même ou non. On verra !

Pour revenir à mon écriture, j’ai repris le début d’une scène, si vous vous souvenez bien, que j’avais commencée d’écrire alors qu’elle devait être traitée deux scènes plus tard. Pour pouvoir la reprendre avec la force de sa « première partie », j’ai donc relu la partie en question et ai enchaîné avec l’écriture. J’ai pris autant de plaisir à écrire que la première fois, c’est juste génial. Il y a de la tension, du suspens, de la violence (plus psychologique que physique).

Pour tout vous dire, je me demande comment je peux « adoré » écrire ce genre de scènes très dures alors que je n’aime pas la violence moi-même et que je suis très douillette en rapport avec la douleur (le petit orteil qui se prend le meuble, la miette de pain sous le coude… ^^) Je ne pourrais pas tenir un interrogatoire comme je le fais subir à mon personnage et encore, c’est beaucoup moins violent par rapport à certaines scènes de films ou de livres, c’est une violence différente. Je dis quelques fois que je serais plutôt du genre à être la personne qui meurt au début du film plutôt que le héro qui tient jusqu’au bout. C’est pourquoi j’écris, en partie, pour me prendre pour un héro l’espace d’un instant ^^

Donc aujourd’hui, je suis contente de ma scène. Elle n’est pas terminée, elle n’est écrite qu’à moitié mais je préfère faire la suite demain !

Ma journée en chiffre :

Scène : 1 commencée

1158 mots !

A demain !

Caroline. D

Jour 81 : Une reprise pour le mieux

Aujourd’hui j’ai eu envie d’écrire et cela faisait un moment que ça ne m’était pas arrivé. J’avais envie de revoir mes personnages, de travailler mon histoire.

Pour cette reprise, j’ai décidé d’arrêter de vouloir écrire ce que les autres voudraient lire. Je me suis rendue compte que ces derniers temps je n’écrivais plus l’histoire que je voulais mais que je me tournais en quatre pour fait plaisir à tout le monde, ce qui n’est pas possible en plus. Il faut vraiment que j’écrive cette histoire comme je l’aime, il faut que je me concentre sur ça.

Aujourd’hui, donc, je ne me suis pas prise la tête à essayer de faire comme ci, à écrire comme ça, j’ai simplement écrit mes deux scènes avec mon intuition. De plus, ces deux scènes je les avaiq déjà écrites une première fois et les adapter à un nombre de personnage moins important fut une bonne expérience. Finalement, on voit que les choses peuvent se passer différemment aux nombre de personnages, ou sans la présence d’untel. Ce qui donne de l’importance à mon personnage principal là où il est. J’avais l’habitude ces derniers temps de bien dénigrer ce personnage, en me disant qu’il y avait très peu de caractéristique qui faisait de lui quelqu’un d’important pour l’histoire de ce monde. De voir les choses sous un angle me nouveau me permet de comprendre que s’il n’était pas là, s’il n’avait pas eu cette vie, ce caractère, alors l’histoire serait totalement différente, et n’existerait peut-être même pas. J’ai donc encore plus envie de le retrouver pour la prochaine scène !

J’ai beaucoup écrit, mais je me suis aussi servi des archives de ces deux scènes. Je ne voyais pas comment écrire à nouveau la deuxième scène, une que j’avais adoré écrire et qui était très belle,  alors j’ai préféré coller des morceaux qui me tenait à cœur et à l’adapter à cet autre personnage. Ce qui donne à la fin toujours une aussi bonne scène à mon sens.

Ma journée en chiffre :

Scènes : 2 terminées

4057 mots !

A demain !

Caroline. D

Jour 80 : Quiproquo

Aujourd’hui je m’attaquais à une scène très importante et très difficile à écrire.

Comme le dit le titre de cet article, ma scène d’aujourd’hui était sous forme de quiproquo. Généralement, on voit ça au théâtre comme élément souvent comique. Soit cela représente une situation à double sens, soit c’est un dialogue où deux personnes parle mais pas de la même chose. J’ai exploré cela aujourd’hui mais c’est loin d’être comique. Cette une scène tendu, à suspens et où on devrait avoir peur pour le personnage principal avant de comprendre ce qui se passe réellement.

Ce genre de situation était très importante pour cette scène car si l’on comprends dès le début ce qui se passe, il n’y a pas de suspens. On ne peut pas s’inquiéter pour le personnage. C’est donc très utile, mais alors ! qu’est-ce que c’est dur à faire !

Chaque phrase doit avoir un double sens. Chaque mots prononcés doit être juste et, en plus de mener ces deux dialogues en même temps (à vérifier à chaque fois ce que cela donne dans la tête de l’autre personnage), j’ai dû faire en sorte qu’une seule partie de ces deux dialogues soit visible. C’est très compliqué mais une fois que j’étais lancée, je ne me suis plus arrêtée.

Et là, je me suis rendue compte quelques temps plus tard après avoir écrit une bonne quantité de mots (alors même que je ne prévoyais pas de m’arrêter) que j’étais en train de massacrer mon organisation de mes scènes. C’est-à-dire que j’ai écrit plusieurs scènes en une seule. Rien de grave si ces scènes se suivaient… mais l’autre partie se trouve au milieu du chapitre prochain !

J’ai dû m’arrêter, un peu à contre cœur, pour faire les choses dans le bon ordre. Et donc, ma scène, seule, devra être retravailler pour correspondre à une seule scène.

Ma journée en chiffre :

Scènes : 1 terminée (et 1 autre commencée trop vite)

1614 mots ! (en comptant tous ce que j’ai écrit.)

A demain !

Caroline. D

Jour 79 : Equilibre

Aujourd’hui je ne pense pas être très satisfaite de ce que j’ai fait. J’ai l’impression d’avoir été trop rapide. La conversation aurait pu durer plus longtemps et rendre la scène plus réelle.

Cette scène consistait avant tout à convaincre une personne. Et généralement, si on a besoin de la convaincre c’est que cette dernière a ses convictions, ses idées et elle ne devrait pas changer d’avis aussi facilement. Je pense que cet fois-ci j’ai trop compté sur l’archive de cette scène pour me guider et j’aurais plutôt dû suivre pas à pas mon instinct. Cela va demander beaucoup de travail à la réécriture parce que je ne peux pas laisser les choses comme ça.

Quelques fois c’est dur d’être trop critique envers soi-même. Ça sert, pour s’améliorer, mais on finit pas être trop peu souvent satisfait de ce que l’on fait. Même si mon expérience n’est pas grande, j’ai conscience que si je travaille mon écriture alors elle s’améliora et donc, qu’elle ne peux pas être géniale dès le début. Mais comment donner de l’importance aux premiers écrits, aux premiers jets si on sait déjà que ça va changer. Je pense que, à cause de ça, je passe trop vite sur les choses en me faisant confiance pour la réécriture. Il faut quand même avoir une bonne base et il faudrait que je me souvienne de ça !

Je pense qu’il y a un équilibre à avoir entre ne pas trop se critiquer et ne pas passer trop vite sur ses premiers écrits. Je vais devoir le trouver pour moins avoir l’impression d’écrire dans le vide.

Ma journée en chiffre :

Scènes : 1 terminée et 1 commencée

1268 mots !

A demain !

Caroline. D

Jour 78 : Bref

Je n’ai pas écrit aujourd’hui. Je n’étais pas motivé et c’est la principale raison pour laquelle je n’ai pas écrit. Quelques fois je me force, quand je sais que cela menera à quelque chose de bien, mais cette fois-ci je me voyais trop bâcler ma scène qui pourtant est très importante.

Même pour les choses que j’aime , quand je ne suis pas dans un bon jour j’ai tendance à faire vite fait… mal fait. C’est pourquoi, même si c’est souvent, je préfère ne pas écrire du tout plutôt que de rater une scène parce que je ne suis pas d’humeur.

L’écriture demande beaucoup de rigueur et de travail mais elle est aussi déterminée par l’humeur. Il y a des jours où je n’ai pas envie d’écrire parce que j’ai peur de mal faire et d’autre où je n’ai tout simplement pas envie d’écrire. Ça m’arrive. J’aime ce que je fait et les histoires que j’écris mais il y a certains jours où l’envie n’est pas là et je préfère me laisser du temps pour retrouver cette envie plutôt que de me forcer.

Aujourd’hui ce fut le cas, et demain ce sera autrement. Chaque jour est différent. Ne pas écrire un jour ne veux pas dire que je n’écrirais plus jamais. C’est ma façon d’être et d’écrire, peut-être que cela me rends moins productive mais au moins je continue d’apprécier d’écrire quand je le fais et c’est la moindre des choses quand on fait le métier que l’on aime.

Je vous dis à demain et on verra bien !

Caroline. D

Jour 77 : Transition

Aujourd’hui j’ai finalement coupé ma scène en deux. Je trouvais que la faire en une seule fois serait trop et donc j’ai pu mieux gérer mon écriture. Cette scène sert juste de transition.

Pour cette scène, il y a très peu de nouveauté. Même si j’ai écrit une nouvelle fois, cela ressemble de très près à la scène que j’avais écris il y a quelques semaines. On retrouve les mêmes lieux, les mêmes intervenants et la même trame d’histoire. La seule chose qui change un peu, c’est donc le nombre de personnages. Si à la base, il y avait tout un groupe à faire vivre, là j’ai pu me concentrer que sur mes deux personnages du groupe 3.

Le plus gros travail se fera donc demain car la scène va beaucoup changer. Avant, un homme s’adressait à mon personnage principal mais cette fois-ci, il parlera à celui qui est présent. Je vais pouvoir aborder la scène différemment autant sur l’écriture que sur l’émotion et le fait qu’il y ait moins de monde me permettra de créer quelque chose de plus intime.

Ma journée en chiffre :

Scènes : 1 terminée et 1 commencée

1272 mots !

A demain !

Caroline. D

Jour 76 : A fond !

Je suis très contente de ma journée d’écriture ! Déjà, j’étais motivée par mon écriture de la veille qui s’était mieux passée que prévu et donc j’ai attaqué la scène suivante avec envie. À la base, je savais ce que je voulais pour cette scène et pourtant plusieurs idées me sont venues au fil de mon écriture. J’avais toujours sous la main l’archive des anciennes scènes (celles que j’ai supprimé pour créer ma nouvelle idée) et j’ai finalement très peu regardé ce que j’avais déjà fait, ce qui est un première ! D’habitude, pour n’importe quel livre, quand j’ai des archives, je ne peux pas m’empêcher de piocher dedans et je suis très contente d’avoir pu me faire confiance et ne pas m’avoir dit : « Tu ne pourras pas faire mieux, alors copie le texte. » C’est un bon pas je pense car je me fais confiance pour mon écriture.

En plus de cela, ces nouvelles idées pour cette scène ont permis de faire découvrir des moments du passé d’un personnage. Je pense que c’était très important que l’on vive ça avec lui, comme un flash back pour mieux le comprendre et aussi connaître celui qu’il était avant.

Après ça, j’étais tellement sur une bonne lancée que j’ai entamé la suite avec une deuxième scène. Cette fois-ci, je quittais le troisième groupe pour le deuxième afin de retrouver mon personnage principal. Et là, encore une fois, je me retrouve avec beaucoup d’idées qui remplissent la scène et me permettent d’écrire en confiance. Cette deuxième scène compte beaucoup pour moi et le fait de voir mon personnage principal si mal-en-point et si faible m’a fait de la peine. Je le voyais désarmé, sans espoir et lorsqu’il a dû se forcer pour faire certaines choses, j’avais presque envie d’entrer dans le livre pour l’aider ! (Vous me direz, en même temps, que je n’étais pas obligé d’écrire ça… mais ça aurait été mentir !)

Donc voilà, je suis très contente de mes deux scènes aujourd’hui. Demain, je retrouve le troisième groupe à nouveau pour une sérieuse conversation et qui sait, peut-être que j’enchaînerai sur la scène suivante qui clôtura ce chapitre 18 !

Ma journée en chiffre :

Scènes : 2

2910 mots !

A demain !

Caroline. D